LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Que devient le théâtre au cinéma ?

27 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la sortie au cinéma d' Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay, avec Fabrice Luchini et Lambert Wilson .

Avec : Patrick ROEGIERS Geneviève BRISAC Marc WEITZMANN
Geneviève BRISAC : « Un des grands messages du film nous dit de revenir au texte du Misanthrope , ce qui d’ailleurs n’est pas si facile… (On ne le trouve pas partout en librairie) Je pense que Le Misanthrope est une pièce mal aimée, et il y a donc un combat de Philippe Le Guay pour rendre à cette pièce sa fraicheur, sa vivacité.

[…] Je pense que l’enjeu est effectivement le texte et que celui-ci peut être servi au cinéma, au théâtre ou ni dans l’un, ni dans l’autre. En revanche il y a une façon de se regarder l’un l’autre du théâtre et du cinéma qui correspond au regard tel que Philippe Le Guay le met en scène qui est un enjeu de pouvoir aussi. »

Patrick ROEGIERS : « C’est aussi une pièce sur la trahison de l’amitié. C’est l’intransigeance et la conciliation au monde mais est-ce qu’on ne trahit pas systématiquement un ami lorsqu’on veut être soi-même ?

On voit aussi comment les acteurs mâchent le texte, tout ce formidable travail de mise en bouche, de répétition du texte. C’est un éloge au théâtre, à la parole et la littérature : une leçon de théâtre vivant !

[…] Je suis frappé du compagnonnage qu’il y a entre le cinéma et le théâtre. Je trouve ça merveilleux qu’à travers le théâtre ce soit la littérature qui soit présente dans le cinéma de manière constante et sans opposition. »

Marc WEIZTMANN : « Plutôt que de parler d’adaptation, on pourrait plutôt parler de contagion, de contamination. On peut se demander dans quelle mesure les deux personnages ne seraient pas contaminés par le texte qu’ils répètent. Est-ce que les choses se passeraient vraiment comme ça entre eux s’ils répétaient une autre pièce ?

[…] On pourrait dire que c’est aussi en France que le jeu sur l’apparence sociale et sur le pouvoir a été le plus codifié. Norbert Elias l’a suffisamment montré. Pour ceux qui s’intéressent à la manière dont les choses fonctionnent dans le domaine du pouvoir et de l’apparence sociale, le théâtre est un vecteur naturel. »

Sons diffusés :

  • Bande annonce d’Alceste à bicyclette de Philippe Le Guay (2013) avec Fabrice Luchini et Lambert Wilson.

  • Extrait d’Alceste à bicyclette

  • Jacques Lassalle à La Grande Table le 08/12/2011.

  • Ariane Mnouchkine à propos de son film Molière (1978, archive INA)

  • Yves Montand – « A bicyclette » (1968)

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

Pour accéder à la deuxième partie de La Grande Table du 16 janvier 2013 intitulée « Rencontre entre Amos Gitaï et Lionel Richard », cliquez ici.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......