LE DIRECT
Sabine Weiss en novembre 2014 à Paris

Sabine Weiss : "Toutes mes photographies sont instantanées, il n'y a jamais eu de clichés attendus, voulus"

30 min
À retrouver dans l'émission

Elle est la dernière représentante de l’école humaniste française d’après-guerre, à laquelle appartenu Doisneau ou encore Brassaï. Olivia Gesbert reçoit la photographe Sabine Weiss à l'occasion de sa rétrospective au Château de Tours qui prend fin le 30 octobre 2016.

Sabine Weiss en novembre 2014 à Paris
Sabine Weiss en novembre 2014 à Paris Crédits : MIGUEL MEDINA - AFP

Elle aime photographier les gens dans la rue. Elle a passé un temps infini à capturer la vie dans l'ancien terrain vague de la Porte de Saint-Cloud à Paris. Sans aucun doute, Sabine Weiss fait partie de l'école réaliste et humaniste de la photographie, bien qu'elle confie ne pas aimer ces termes.

"Jamais de photographies montées mais toujours à l'improviste", précise la nonagénaire. La rétrospective que lui consacre le Château de Tours associé au Jeu de Paume, expose les clichés qu'elle a réalisé dans les années 50. Accolés aux photographies qui ont fait sa renommée, on peut découvrir quelques dessins de son défunt mari, le peintre américain Hugh Weiss, fasciné par l'imaginaire.

Les informations sur la rétrospective au Château de Tours sont à retrouver sur le site internet de Sabine Weiss.

Son diffusé : Heart Shaped Face de Angel Olsen

En deuxième partie d'émission, retrouvez Florent Guénard.

Bibliographie

Sabine WeissSabine Weiss, Virginie Chardin et Marta GiliLa Martinière / Le Musée du Jeu de Paume, 2016

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
À venir dans ... secondes ...par......