LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Sarajevo, 1914-2014 (1/2)

31 min
À retrouver dans l'émission

Emission spéciale en direct de Sarajevo
Dans le cadre de la journée spéciale "Sarajevo 1914-2014 : mémoires des guerres", Caroline Broué, en direct de Sarajevo, accueille Mirsad Purivatra et Dino Mustafic .

Mirsad Purivatra est président du Festival du film de Sarajevo, qui s'y tient du 15 au 23 août.

A noter : la projection le 27 juin en avant-première du film Les ponts de Sarajevo qui sort en salles en France le 2 juillet. A l’initiative de la productrice Fabienne Servan-Schreiber et de Mirsad Purivatra, 13 réalisateurs, de Jean-Luc Godard à Pedro Costa et Isild le Besco, ont donné dans 13 courts-métrages leur vision de Sarajevo.

Toutes les informations se trouvent en anglais ici et en bosnien là.

Dino Mustafic est directeur de théâtre, metteur en scène de Hôtel Europe de Bernard-Henri Lévy, créée au festival international MESS le 27 juin.Hotel Europe sera présentée au Théatre de l'Atelier à Paris, à compter du 9 septembre prochain. Une piece interprétée par Jacques Weber.

Zlatko Dizdarevic s’est exprimé récemment dans une tribune, traduite en français dans le Courrier International, sur la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale par l’Europe et l’a désignée comme une « farce », qui vient laver la conscience des Européens, alors même que Sarajevo et la Bosnie-Herzégovine vont mal, du fait du regain des nationalismes ou de la pauvreté d’une partie de leur population. Nos invités sont sensiblement d’accord avec cette position :

La Grande Table avec Mirsad Purivatra (en noir) et Dino Mustafic (en bleu)
La Grande Table avec Mirsad Purivatra (en noir) et Dino Mustafic (en bleu) Crédits : Radio France

Dino Mustavic : Sarajevo en a assez des promesses, des parades politiques d’hommes importants de l’Union Européenne. On parle de Sarajevo comme d’une carte postale, sans rien faire de concret pour garder l’esprit multiculturel de cette ville.
Mirsad Purivatra** : Le texte de Dizdarevic est très important. On doit se rappeler l’année 1992 quand François Mitterand a ouvert la voie humanitaire et en même temps donné son aval pour le bombardement de Sarajevo pendant quatre ans. La ville est fatiguée de ces parades. L’avenir de la Bosnie-herzégovine, c’est l’évolution des accords de Dayton.


Dino Mustavic à propos de sa mise en scène de la pièce Hôtel Europe ** : Il s'agit d'un cri autobiographique particulier, un coup sur la tête de l'Europe qui s'est endormie. Des nuages très sombres flottent au-dessus d'elle (cf. les résultats des dernières élections européennes), comme dans les années 1930.

> Ecoutez ensuite nos deux invités évoquer le rôle de l'artiste et l'importance de la culture dans la société.
Et poursuivez votre écoute de La Grande Table ici avec Antoine Prost et Slobodan Soja.

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......