LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Sommes-nous tous devenus fous ?

27 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la nouvelle édition du M anuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) de l'Association Américaine de Psychiatrie (AAP)

Avec :

Catherine CLEMENT

Tobie NATHAN

Matthieu POTTE BONNEVILLE

Catherine Clément : « Ce qui est intéressant est la notion de « disorder » en anglais (le trouble mental). […] Par exemple, l’une des tendances générales des classifications psychiatriques du moment est l’extension du trouble bipolaire à l’enfant (c’est aussi vaste que l’hystérie au début du 19ème siècle). […] Ce DSM fabrique de fausses épidémies. Parce qu’une fois que c’est inscrit au DSM, c’est utilisé comme outil épistémique et donc ça entraîne des médicaments. […] Il faut un retour à une psychiatrie humaniste. »

Tobie Nathan : « Pourquoi on a procédé de cette manière ? Pourquoi ce manuel est statistique ? D’abord, c’est parce qu’en psychiatrie, nous n’avons pas de témoin fiable, c’est-à-dire que nous n’avons pas de marqueurs biologiques. […] Cela passe par une perception subjective d’un état. […] Ce manuel repose sur un consensus de professionnels. Cette démarche est originale. Ensuite, ce manuel est indispensable aux Etats-Unis, car là-bas les assurances maladie ne prennent en charge le traitement que si vous avez établi un diagnostic et ce diagnostic doit être fait selon des normes. Donc aux Etats-Unis on vous diagnostiquera dès la première séance chez le psychiatre. Ça n’est pas du tout le cas en France. »

Matthieu Potte-Bonneville : « La dimension sociale de cet objet n’est pas inscrite seulement du côté de ses effets, mais elle est aussi inscrite du côté de sa fabrication elle-même. Le débat qui a lieu autour du DSM-5 est très intéressant, parce qu’au fond on a une discussion publique, largement sortie de la sphère publique, qui concerne la constitution d’un objet de science, et dont on s’aperçoit que cet objet de science est en même temps une norme pour un certain nombre de politiques publiques, un indicateur des relations entre les experts et les laboratoires pharmaceutiques et qu’il met en position des associations d’usagers. […] Enfin, c’est en accord avec ce que l’épistémologie contemporaine (ou la sociologie de la science) raconte de la science. »

Sons diffusés :

  • Archive de Steve Demazeux dans l’émission « Les Nouveaux Chemins de la Connaissance » le 10.05.13

  • Extrait du film « Vol au-dessus d’un nid de coucou » de Milos Forman

  • « Insane in the Brain » interprété par Cypress Hill (album « Black Sunday »)

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

Pour accéder à la deuxième partie de La Grande Table du 23.05.13 intitulée « Hiner SALEEM, Mahamat SALEH HAROUNetNicolas WINDING REFN », cliquez ici.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......