LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Robert Rodriguez et Antonio Banderas pour "Once Upon a Time in Mexico" au Loews Lincoln Square Theatre, New York City., 2003

Robert Rodriguez vs Antonio Banderas

28 min
À retrouver dans l'émission

Depuis le Festival de Cannes, on retrouve deux amis du monde du cinéma américain. Rencontre avec le cinéaste Robert Rodriguez (qui présente "RED11" à la Quinzaine des réalisateurs) et l'acteur Antonio Banderas pour "Douleur et gloire" de Pedro Almodóvar .

Robert Rodriguez et Antonio Banderas pour "Once Upon a Time in Mexico" au Loews Lincoln Square Theatre, New York City., 2003
Robert Rodriguez et Antonio Banderas pour "Once Upon a Time in Mexico" au Loews Lincoln Square Theatre, New York City., 2003 Crédits : Eric Charbonneau - Maxppp

Antoine Guillot, dans son Journal de Cannes, nous parle de genre au cinéma, à travers les critiques du film de Céline Sciamma : Portrait de la jeune fille en feu.  Peut-on donc genrer la réception du film de Céline Sciamma ? Retour sur les résultats des études du collectif 5050, qui vient de publier une étude soulignant les différences entre hommes et femmes, à l'oeuvre tant dans la réalisation de films, que de leurs genres et de leur critiques... 

Olivia Gesbert, Pascale Fougère (traductrice) et le réalisateur Robert Rodriguez
Olivia Gesbert, Pascale Fougère (traductrice) et le réalisateur Robert Rodriguez Crédits : Radio France

Premier invité en direct de cette grande table : le réalisateur, scénariste, producteur, chef opérateur, monteur et musicien Robert Rodiguez. Il présente à cette Quinzaine des réalisateurs son nouveau film RED11 : à la fois comédie, thriller et film d’horreur, adapté d’un scénario écrit il y a 25 ans et basé en partie sur son expérience personnelle. Il l'a réalisé avec 7 000$ seulement, tout comme son premier film, El Mariachi, qui _serait le film le moins cher de l'histoire à avoir été distribué par une major... _

El Mariachi m’a permis d’apprendre tous les métiers. Quelque chose de magique s’est produit avec ce film. Parce que je n'avais rien, le film est devenu meilleur. (...) Quand vous n’avez plus rien, l’a créativité est à son paroxysme. (Robert Rodriguez)

Aujourd'hui au Festival de Cannes, il donne une Masterclasse a destination des jeunes réalisateurs en dévoilant la manière de faire des films à très bas budgets. Il a choisi, pour ce faire, de réaliser un documentaire sur la fabrique de RED11...

C’est la manière dont j’ai fait El Mariachi il y a 25 ans. Et je voulais essayer de faire ça à nouveau. (...) Beaucoup de gens pensaient qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour faire entendre leur voix à travers le cinéma. J’ai trouvé que c’était quelque chose qui pouvait aider les minorités, et les femmes ou toutes personnes ayant le sentiment d’être à l'extérieur. (Robert Rodriguez)

Depuis le début, c’était Cannes l’endroit où aller pour que vos films soient vus, et parce que vous aimiez le cinéma. Quand j’ai montré Desperado ici, c’était juste incroyable. Incroyable de revenir avec Sin City. (Robert Rodriguez)

RED11
RED11

Seconde rencontre, cette fois avec l'acteur espagnol à la carrière hollywoodienne : Antonio Banderas. Il est à l'affiche du nouveau film de Pedro Almodóvar, Douleur et Gloire, dans lequel il se glisse dans la tête et la peau du cinéaste... Dans cette interview au micro d'Henri Le Blanc, il revient sur son travail pendant le tournage.

Lorsque j’ai vu La piel que habito au Festival de Toronto, je me suis rendu compte que Pedro avait été capable de tirer de moi un personnage dont j’étais incapable de penser que je le portais au fond. (Antonio Banderas)

Pedro m’a dit au cours d’une répétition : il y a quelque chose en toi que je ne saurais décrire, mais qui exprime une souffrance très profonde. Ce n’était peut-être même pas de la souffrance, mais une tristesse forte. Il m’a dit : "Ne la cache pas. Montre la si tu peux." Je l’ai beaucoup utilisée dans ce film. (Antonio Banderas)

"Douleur et Gloire" (Pedro Almodóvar, 2019)
"Douleur et Gloire" (Pedro Almodóvar, 2019) Crédits : Copyright El Deseo - Manolo Pavón

Ecouter ci-dessous l'intégralité de l'entretien avec Antonio Banderas :

Écouter
11 min
LA GRANDE TABLE - Festival de Cannes - Interview avec Antonio Banderas Intégrale
Chroniques
12H03
3 min
Le journal du Festival de Cannes
La critique a-t-elle un sexe ?
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......