LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Tous à l'Opéra avec Aurélie Dupont

27 min
À retrouver dans l'émission

Aurélie Dupont, directrice du ballet de l'Opéra national de Paris, est notre invitée pour le week-end "Tous à l'Opéra" du 4 au 6 mai.

Crédits : François Guillot - AFP

Le moment du cours de danse, qui sera présenté lors du week-end Tous à l'Opéra, est unique. Tous les jours le danseur fait les mêmes exercices que depuis 10 ans. C'est un état des lieux des corps.

Une ancienne danseuse étoile, marraine de « Tous à l’opéra », manifestation qui ouvre les portes de ces institutions ce week-end, comme une invitation à les franchir dans l’avenir. La directrice du ballet de l’Opéra de Paris nous parle aussi de sa programmation et du dialogue qu’elle entend établir au sein de la Maison.

La danse classique, c'est notre héritage, notre noyau et notre école.

Des visites pour découvrir les coulisses et les métiers de l’opéra, des répétitions exceptionnellement ouvertes au public, des concerts, des récitals et de la danse partout en France… C’est la douzième édition de « Tous à l’Opéra », et pour la première fois, une marraine à pointe, après les ténors et autres chefs d’orchestre. L’opéra, ce n’est pas que le lyrique : pour en finir avec les idées reçues, venez découvrir l’opéra.

Ma programmation, je la choisis en respectant le ballet classique, mais en donnant aussi la possibilité aux danseurs d'apprendre des techniques contemporaines. En quelques années, ils sauront parler plusieurs langues.

Malaise à l’opéra de Paris - ce qui coince et grince aujourd’hui, c’est d’abord une source, un document interne de l’opéra de Paris qui a fuité, révélant des accusations d’abus et de harcèlement  

C’est l’autre visage de l’opéra dont on parle peu …  En même temps, tout cela n’est pas nouveau : au début des années 2000, alors danseuse, Aurélie Dupont racontait à Libération: « Pendant six années d'école, plus encore que la douleur intense des exercices, ce qui me fait le plus mal, c'est la méchanceté. Et la froideur des adultes. Nous étions des enfants seuls en internat. Un peu de douceur, de gentillesse, ne nous aurait pas fait moins bien danser ». Une notion de sacrifice essentielle à la danse ?

Je prends très au sérieux la question du bien-être des danseurs. Je suis un pur produit de l'Opéra. Je veux me donner les moyens de mieux les comprendre, mais je refuse que leur parole soit instrumentalisée et leur sincérité détournée.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......