LE DIRECT

A BORDEAUX. Comprendre la justice à la lumière de Montesquieu. / L'architecture à Bordeaux.

1h24
À retrouver dans l'émission

Une Grande Table en direct et en public depuis l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux. Inventaires avant élections c’est le dispositif électoral que France Culture propose depuis Janvier, sorte de portraits de la France à travers ses territoires, ses idées, ses personnalités, ses cultures. Après Marseille, Lille, Strasbourg et Rennes, Bordeaux est la cinquième est la dernière ville où la Grande Table pose ses micros.

1ère partie : Comprendre la justice à la lumière de Montesquieu.
Bordeaux est la ville des magistrats. C’est là qu’est installée l’Ecole Nationale de la Magistrature, c’est là aussi que Montaigne exerça, c’est ici que naquit Montesquieu, théoricien de la séparation des pouvoirs. Ce n’est donc pas pour rien que le président de la République, Nicolas Sarkozy, a choisi la capitale de l’Aquitaine pour annoncer ses mesures sur la justice début mars. Or, depuis quelques années, au fil de l’actualité, on entend dire que le pouvoir judiciaire serait aujourd’hui inféodé au pouvoir exécutif, les procureurs du parquet dépendants du Garde des Sceaux. Que reste-t-il de la séparation des pouvoirs en 2012 ? Un trio, constitué ad hoc, est réuni autour de la Grande Table pour nous aider à y voir plus clair.

Avec : Jacques FAGET, juriste et sociologue, directeur de recherche au CNRS, rattaché au centre Emile Durkheim de Sciences Po Bordeaux. Il est chargé d’enseignement aux universités de Bordeaux IV, de Paris V et à l’Ecole Nationale de la Magistrature. Il est spécialiste de politique pénale et de sociologie judiciaire.

Pascal JAN, professeur de droit public à Sciences Po Bordeaux, auteur d’un livre paru en 2011, Le président de la République au centre du pouvoir (La Documentation française).

Jean TERREL, spécialiste de philosophie politique moderne. Il a contribué à la revue Montesquieu . Son dernier livre, Politiques de Foucault , a paru aux éditions PUF.

2ème partie : L'architecture à Bordeaux.
La ville de Bordeaux est devenue méconnaissable pour quiconque l’a connue avant 1995. Le centre ville s’est vidé de ses voitures, remplacées par le tramway, les piétons, les cyclistes, les quais ont été réaménagés, les places comme Pey-Berland ont été repensées et rendues piétonnes, la rive droite de la Garonne, longtemps abandonnée, est en train de renaître et même les Bassins à Flot ont été confiés à un architecte. Autrement dit, la capitale de l’Aquitaine, qu’on appelait il y a encore vingt ans « la belle endormie », s’est bien réveillée devenant même la troisième ville de France où il fait bon vivre. La clef de succès nous est livrée par quatre des principaux acteurs de cette vitalité retrouvée.

Laurent PORTEJOIE , associé au cabinet d’architecture King Kong à qui l'on doit la rénovation de la place Pey-Berland, de la galerie des Beaux-Arts de Bordeaux, l’hôtel Seekoo à Bacalan, une salle de concert l’Astrada à Marciac.

Nathalie FRANCK et Yves BALLOT , lauréats en 2008 de l’Equerre d’Argent pour l’Ecole Nuyens dans le quartier de la Bastide sur la rive droite de la Garonne, un quartier dans lequel ils travaillent à sa rénovation.

Patrick BAGGIO , architecte et urbaniste, il travaille au sein de son agence Baggio/Piechaud, une agence responsable notamment de la restructuration et de l’extension de Sciences Po Bordeaux.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......