LE DIRECT
Emmanuel Macron reçoit le Premier ministre britannique Boris Johnson à l’Elysée le 22 août 2019

Brexit : en finir coûte que coûte ?

33 min
À retrouver dans l'émission

Le Brexit nous amène-t-il à un point de non-retour? Pauline Schnapper nous en parle dans "Où va le Royaume-Uni ? Le Brexit et après" (Odile Jacob, 2019).

Emmanuel Macron reçoit le Premier ministre britannique Boris Johnson à l’Elysée le 22 août 2019
Emmanuel Macron reçoit le Premier ministre britannique Boris Johnson à l’Elysée le 22 août 2019 Crédits : Chesnot / Contributeur - Getty

Ce vote n'est pas arrivé par hasard... Il a pris beaucoup de monde par surprise, mais il y avait des signaux, des facteurs proprement britanniques, qui pouvaient expliquer le rejet de l'UE. C'est autant un rejet de Londres que de Bruxelles.    
(Pauline Schnapper)

Le 23 juin 2016, les électeurs britanniques ont choisi de quitter l’Union européenne. Plus de trois ans après le référendum, le Royaume Uni n’en est toujours pas sorti. Considéré jusque là comme un modèle de démocratie parlementaire, il semble aujourd'hui cristalliser les tensions qui animent l'Europe et le monde. Révélant la crise qui sous-tend le rapport des électeurs au monde politique, résultat dû en partie au mépris des élites envers les classes les plus défavorisées - les principales victimes de la crise financière -, le Brexit montre paradoxalement "la nature éminemment européenne du Royaume-Uni au moment même où le pays s’apprête à couper les ponts avec ses voisins" (Où va le Royaume-Uni ? Le Brexit et après, p. 234).

On assiste à une remise en question du modèle économique : le néo-libéralisme est clairement fragilisé, on voit maintenant des travaillistes favorables à la nationalisation des chemins de fer, ce qui aurait été impensable il y a quelques années.    
(Pauline Schnapper)

C'est ce que démontre Pauline Schnapper, professeure de civilisation britannique contemporaine à l’université Sorbonne nouvelle-Paris-III, dans son nouvel essai :  Où va le Royaume-Uni ? Le Brexit et après (Odile Jacob, 2019), un ouvrage écrit avec Emmanuelle Avril. A l'approche de la date avancée par le Premier ministre britannique Boris Johnson pour quitter l'U.E., à savoir le 31 octobre 2019, et en pleines discussions entre chefs d'Etat à propos des conséquences d'un "no deal", notamment sur la question de l'Irlande du Nord ou de la "relation spéciale" entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis, elle revient sur les tenants et les aboutissants d'un phénomène dont les causes et les conséquences se mêlent à l’histoire du Royaume-Uni et de l'Union européenne.

Parmi les facteurs plus récents qui peuvent expliquer le vote, on trouve les politiques d'austérité adoptées après la crise financière de 2008 qui ont durement touché les classes populaires britanniques.    
(Pauline Schnapper)

Crise de confiance envers les institutions, malaise social, rejet des migrants, xénophobie, mais aussi recherche d'autres formes de participation à la politique et à la démocratie... Pauline Schnapper questionne le devenir d'un Royaume-Uni qui ne pourra peut-être pas compter sur la création de"l'anglosphère" tant espérée par les partisans du "Leave".

On ne peut pas dire que l'UE empêche le Royaume Uni de sortir. Emmanuel Macron et ses différents ministres ont tous dit qu'il fallait respecter le vote des Britanniques. Ils peuvent sortir mais ils doivent payer la facture.

Extraits sonores : 

  • Le Parti du Brexit du populiste Nigel Farage arrive en tête des européennes au Royaume-Uni (Figaro, 27/05/2019)
  • Jean Quatremer (Où va l’Europe après le Brexit ?, 25/06/2016)
  • Boris Johnson au G7 : "Nous ne voulons pas d'un Brexit dur" (JT TF1, 25/08/2019)
Intervenants
  • Professeure de civilisation britannique à l’université Sorbonne Nouvelle
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......