LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Comment écrire l'Histoire ?

33 min
À retrouver dans l'émission

Ivan Jablonka
Ivan Jablonka Crédits : Radio France

Rappelons nous la célèbre boutade d'Alexandre Dumas : "On peut violer l'Histoire à condition de lui faire de beaux enfants.", c'est aujourd'hui le coeur de la discussion proposée par La Grande Table. Caroline Broué et Antoine Mercier, en compagnie de Pascal Ory, professeur d'histoire contemporaine à la Sorbonne, reçoivent l'historien Ivan Jablonka , qui vient de faire paraitre L’histoire est une littérature contemporaine : manifeste pour les sciences sociales . Il écrit dans ce dernier essai : " Oui, faire de l’histoire, c’est raconter une histoire, un récit d’événements vrais. Oui, il y a une littérarité de l’histoire et l’historien, ce poète du détail, effectue une mise en scène littéraire. " Sur cette idée s'engage une réflexion sur l'écriture de l'histoire et la littérature du réel. Une question qui ne date pas d'hier puisque les frères Goncourt notaient déjà en leur temps : «L’histoire est un roman qui a été, le roman est une histoire qui aurait pu être.»

Je suis un militant pour une nouvelle façon de parler du monde.

La cartographie classique voudrait qu'il y ait d'un côté la rigueur scientifique, l'histoire et les sciences sociales qui décrivent le réel avec une écriture technique mais ennuyeuse. Et de l'autre il y aurait la littérature, le roman et la fuite en avant du réel, s'accompagnant de plaisir. C'est une dochotomie que je refuse. Je pense qu'il est possible de réconcilier plaisir et écriture de l'histoire. Les historiens ont tout à gagné à écrire de façon plus libre, plus juste, plus honnête et originale.

Delphine Veaudor nous ramène à une histoire beaucoup plus proche dans le temps, en s'interessant dans sa chronique sur les Idées du monde à la dette portugaise . Après trois années passées sous la tutelle des organismes internationaux, l'économie renoue avec la croissance, le chômage baisse, le déficit se résorbe, bref tout porte à croire que la cure d'austérité imposée aux Portugais porte ses fruits. Tout ou presque... car la réalité est toujours très sombre, avec un taux de chômage qui s'élève à plus de 15% et un pouvoir d'achat qui s'est effondré... Le débat se cristalise alors entre deux positions : l'une qui clâme : "plus de temps pour payer la dette", l'autre qui se dit "réaliste" et qui propose une mutualisation des dettes des Etats européens.

Pour réécouter la première partie de l'émission avec Amit Chaudhuri, cliquez ici.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......