LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emmanuel Carrère à Paris en février 2017

Emmanuel Carrère face au réel

33 min
À retrouver dans l'émission

L'approche du réel dans les yeux du romancier Emmanuel Carrère, notre invité à l'occasion de la parution de l'ouvrage collectif qui lui est consacré "Emmanuel Carrère : faire effraction dans le réel" (P.O.L., 2018).

Emmanuel Carrère à Paris en février 2017
Emmanuel Carrère à Paris en février 2017 Crédits : JOEL SAGET - AFP

Emmanuel Carrère, c'est une écriture qui confronte la vie des autres à la vôtre, qui replace le témoin en situation. 

Le matin du samedi 9 janvier 1993, pendant que Jean-Claude Romand tuait sa femme et ses enfants, j’assistais avec les miens à une réunion pédagogique à l’école de Gabriel, notre fils aîné. (Emmanuel Carrère)

D’un livre à l’autre, par ce « je » que certains trouvent « obscène », que lui qualifie « d’honnête » et qui est devenu un personnage central de l’histoire, du forum de Davos à Catherine Deneuve, de la préface de l’intégrale des nouvelles de Philip K. Dick à un reportage en immersion « dans le cœur des hommes », Emmanuel Carrère est notre invité pour cette Grande Table des idées.

Ce qui m’intéresse, c’est de partir de quelque part et de ne pas du tout savoir où ça va. Avec un risque de réponse du réel. (Emmanuel Carrère sur son documentaire Retour à Kotelnitch, 2003)

La Russie des années 1990 et 2000 était une espèce de chaos incroyablement fascinant, un vivier de destins incroyables. (Emmanuel Carrère sur son roman Limonov)

Soljenitsyne était persuadé que tout s’effondrerait le jour où on dirait la vérité. Et il a passé sa vie à dire la vérité. (Emmanuel Carrère)

Je ne me sens pas du tout chrétien au sens du dogme, au sens de l’Eglise … Il n’empêche qu’il y a une espèce de noyau dur du christianisme auquel je reste profondément attaché. (Emmanuel Carrère)

De toute évidence, ce Coran a existé et existe toujours, et il pose des questions très bizarres. (Emmanuel Carrère sur le Coran de sang de Saddam Hussein)

J’ai l’impression qu’écrire, c’est faire qu’il y ait de l’autrui, faire de l’autre. Et, pour ma part, je pense qu’il faut passer par soi, accepter sa posture de témoin. (Emmanuel Carrère)

Je n’aime pas savoir où je vais, sinon je n’y vais pas. (Emmanuel Carrère)

Cliquez ici pour écouter la première partie de l'émission, "Emmanuel Carrère, la vie des autres".

Extraits sonores : 

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......