LE DIRECT
Une femme offre des câlins gratuits place de la République après les attentats

En marche vers l'apaisement ?

34 min
À retrouver dans l'émission

Les Français seraient-ils, contre toute attente, devenus plus tolérants ? C’est ce qu’affirme le rapport 2015 sur la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie de la CNCDH. Comment comprendre ces résultats, qui semblent aller à l'encontre de notre ressenti ?

Une femme offre des câlins gratuits place de la République après les attentats
Une femme offre des câlins gratuits place de la République après les attentats Crédits : IAN LANGSDON / EPA - Maxppp

Le "rapport 2015 sur la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie" a été remis le 2 mai dernier par la présidente de la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) Christine Lazerges, à Ericka Bareigts, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité réelle auprès du Premier ministre. Depuis une loi de juillet 1990, la CNCDH est chargée de remettre chaque année au gouvernement ce rapport qui évalue de façon une quantitative et qualitative les différentes manifestations du racisme.

Les résultats sont surprenants : d’une part, alors que les scores du Front national aux élections régionales de 2015 ont battu des records, l’indice de tolérance mesuré chaque par la CNCDH a fortement augmenté la même année. L’année 2015 se trouve même dans le « top 5 » des années les plus tolérantes depuis la mise en place de ce baromètre, il y a 26 ans.

Comment expliquer les résultats de cette enquête, qui semblent aller à la fois à l’encontre du climat actuel ressenti, et des chiffres de actes à caractère raciste, antisémite et antimusulman recensés par le ministère de l'Intérieur la même année - 2034 actes comptabilisés en 2015, soit une hausse de 22% par rapport à l’année précédente - ? Comment comprendre le rôle des attentats, entre désir de rassemblement et de vivre ensemble, mais également source de méfiance et d’une augmentation très nette des actes antimusulmans ?

« On a à la fois une société de plus en plus segmentée, dans laquelle il y a l’affirmation de nos différences et de nos cultures, mais avec le choc des attentats, il y a aussi le sentiment qu’il faut faire quelque chose pour y faire face ensemble. Ce n’est pas entièrement contradictoire. »

Nonna Mayer, La Grande table

Pour en discuter, notre invitée est la politologue Nonna Mayer, membre de la CNCDH. Elle analyse depuis des années les résultats de cette enquête avec trois autres chercheurs. Nonna Mayer est directrice de recherche du CNRS au Centre d'études européennes de Sciences-Po, et l’auteure de Sociologie des comportements politiques (Armand Colin, 2010).

Pour l’interroger aux côtés de Caroline Broué, la doctorante et enseignante à Sciences-Po Paris Anastasia Colosimo est également avec nous en studio.

Son diffusé :

  • Dimitea Galani, "Koutsi Kithara" / "The limping guitar ( ou "la guitare boiteuse")

___

(Ré)écoutez ici la première partie de l'émission, avec l'écrivaine Azar Nafisi, qui nous propose un voyage en Amérique à travers la (re)lecture de ses grands romans.

Intervenants
  • Politologue, directrice de recherche émérite au CNRS, rattachée au Centre d’études européennes de Sciences Po
  • politologue et enseignante en théologie politique à Sciences Po Paris
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......