LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Exposer la Bande dessinée. / La BD reportage, un genre qui explose.

1h24
À retrouver dans l'émission

1ère partie : Exposer la Bande dessinée.
La Grande Table est aujourd’hui installée dans le kiosque du Nouveau Monde de la Bande dessinée, à l’occasion du 39e festival de la bande dessinée d’Angoulême.

La bande dessinée s’accroche aux murs. Le phénomène prend de l’ampleur à mesure que le neuvième art est reconnu comme tel et on ne le retrouve plus seulement dans les musées spécialisés. Cela ne va pas sans poser de nombreuses questions auxquelles le laboratoire que constitue Angoulême peut apporter un certain nombre de réponses.

Quel statut pour la planche originale ? Doit-elle être considérée comme l’œuvre plus que sa reproduction en album ? Comment construire, par le choix des pièces exposées et de la scénographie, une narration propre ? A quel(s) type(s) de spectateurs s’adresse-t-on ? Faut-il prendre en compte son expérience de lecteur ?

Mais il s’agit avant tout de savoir ce qui fait la réussite d’une exposition de Bande dessinée et pour y répondre, un trio spécial constitué ad hoc est réuni autour de la table.

Avec : JUL, dessinateur, il a récemment publié La planète des sages en collaboration avec Charles Pépin chez Dargaud, il fait partie de la brigade de la Grande Table.

Françoise MOULY, directrice artistique du New Yorker depuis 1993 et co-fondatrice avec son mari Art Spielgelman du magazine underground Raw .

Thierry GROENSTEEN, critique, essayiste, ancien directeur du musée de la Bande dessinée d’Angoulême pendant huit ans. Commissaire d’exposition et notamment de l’exposition Spiegelman musée privé . Il est aussi éditeur, avec la création en 2002 des éditions de l’AN2, désormais chez Actes Sud.

Archive diffusée :

  • Jay-Z feat Alicia KEYS, "Empire State of Mind".

2ème partie : La BD reportage, un genre qui explose.

Joe SACCO, Raphaël BOURGOIS et Guy DELISLE
Joe SACCO, Raphaël BOURGOIS et Guy DELISLE Crédits : Radio France

De Tintin à Superman, de Fantasio à Ricochet, le journaliste est un héros récurrent de la bande dessinée. Mais son métier, quand il n’est pas une simple couverture, est plutôt un prétexte à ses aventures : a-t-on déjà vu Tintin réalisé une interview ?

Or, le métier de journaliste est ce qui est précisément au cœur d’un genre émergent depuis une vingtaine d’années et qui trouve aujourd’hui une sorte de consécration à Angoulême. En effet, on trouve dans la sélection trois bandes dessinées reportages : Reportages de Joe Sacco, Les ignorants d’Etienne Davodeau, chez Futuropolis, ou encore Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle chez Delcourt. Chacun propose à sa manière une immersion dans le réel.

Joe SACCO, né à Malte et vit aujourd’hui aux Etats-Unis. Il a fait des études de journalisme mais il est très vite attiré par la bande dessinée. Il commence par des comics underground, comme Yahoo et War Junkie , où il abordait déjà l’actualité du moment. Puis il publie en 1993 Palestine considéré comme le premier album de bande dessinée de reportage. L’album Reportages , présenté aujourd’hui à Angoulême, réunit en un volume plusieurs travaux publiés dans des journaux, magazines ou revues.

Guy DELISLE, d’origine québécoise, il a publié plusieurs volumes, de Shenzhen à Rangoon , qui présentent des chroniques de ses séjours en terres inconnues que l’on découvre avec lui à hauteur de poussette. Il se met en scène avec toute sa petite famille dans des pays et situations abordés avec candeur. Chez lui, la naïveté est une démarche, presque un manifeste et qui prend dans son dernier album, Chroniques de Jérusalem (Delcourt), un sens particulier.

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......