LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'Exodus 1947, qui transporta près de 4500 personnes juives vers la Palestine mandataire en 1947 depuis le port de Sète (France) et fut un des éléments déterminants de la reconnaissance d'Israël.

Israël-Palestine: les fausses promesses avec William Karel

32 min
À retrouver dans l'émission

Une terre deux fois promise: Israël-Palestine, le dernier documentaire de William Karel, est diffusé ce soir sur Arte. Son auteur analyse avec nous les ressorts historiques qui président au blocage de la situation actuelle.

L'Exodus 1947, qui transporta près de 4500 personnes juives vers la Palestine mandataire en 1947 depuis le port de Sète (France) et fut un des éléments déterminants de la reconnaissance d'Israël.
L'Exodus 1947, qui transporta près de 4500 personnes juives vers la Palestine mandataire en 1947 depuis le port de Sète (France) et fut un des éléments déterminants de la reconnaissance d'Israël. Crédits : Couronne Britannique

Je suis très pessimiste quant à l'avenir de la Palestine. Il y a 700 000 colons dans les territoires Palestiniens. Aucun gouvernement ne prendrait le risque de créer une guerre civile en leur demandant de rentrer en Israël." William Karel 

Dans l’actualité des idées aujourd’hui : le conflit israélo-palestinien, 70 ans après la création de l’Etat d’Israël dans le regard du réalisateur William Karel. 

On l’a connu dans la lucarne du petit écran avec sa série de grands portraits de personnalités du monde politique français (Valérie Giscard D’Estaing, Jean-Marie Le Pen) et américains (John F.Kennedy, George W. Bush ou Obama). Dans les années 2000, il revient sur le rôle de l’agence de renseignement américaine dans l’Histoire avec «CIA, guerres secrètes» puis s’attarde sur l’interventionnisme américain et la guerre en Irak, dans «Le monde selon Bush». 

Herzl voulait un Etat pour les Juifs pour banaliser l'histoire de ce peuple et mettre un terme à l'antisémitisme en Europe. La création d'Israël a produit l'effet inverse en devenant un catalyseur de l'antisémitisme contemporain." William Karel

Photographe et documentariste, William Karel a passé 10 ans en Israël, fait son service militaire là-bas, vécu dans un Kibboutz, y a rencontré sa femme Blanche Finger, avec qui il a conçu ce projet. 

Ensemble, ils ont choisi de conjuguer cette histoire en deux temps :

A partir de 1967, on voit se développer un sionisme messianique et religieux qui n'a rien à voir avec celui des premiers colons. Ces derniers étaient laïcs, de gauche, pacifistes, et rêvaient de vivre fraternellement avec les Arabes." William Karel

Passé avec «Une terre deux fois promise» : Une dimension historique pour ce film en deux volets, (1897-1948 ; 1948-1967) : la Genèse d’un Etat et un retour au source du conflit israélo-palestinien. Et présent avec «Histoires d’Israël», le conflit dans sa dimension actuelle, vu par les écrivains israéliens. Grande plume et conscience politique, d’Amos Oz à David Grossman, Avraham B. Yehoshua à Zeruya Shalev ou encore Etgar Keret. 

Une série documentaire à l’occasion des 70 ans de la création de l’État hébreu, diffusée ce soir et demain, dans le cadre de 2 soirées spéciales sur ARTE. 

Dans mon documentaire, j'ai voulu dépasser les clivages entre Israéliens et Palestiniens, sortir de la concurrence victimaire, pour analyser les erreurs faites de part et d'autre et qui ont mené au blocage actuel." William Karel

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......