LE DIRECT

La démocratisation culturelle, oui, mais comment ? / Gros plan sur l'Opéra de Lille.

1h24
À retrouver dans l'émission

1ère partie : La démocratisation culturelle, oui, mais comment ?
En matière de politique culturelle, si la droite et la gauche (UMP et PS) s’opposent sur ce qu’il faut faire de la loi Hadopi, elles sont en revanche plutôt d’accord sur la nécessité d’accentuer la démocratisation culturelle. C’est même pour l’instant la seule ambition importante pour la culture. Après la polémique opposant les partisans de la culture pour chacun, en référence à un texte d’un conseiller de Frédéric Mitterrand paru en septembre 2010, à ceux de la culture dite pour tous, il reste une question lancinante : Comment faire pour que les Français, tous et chacun, aient accès à la culture et à la pratique culturelle et artistique ?

C’est important de poser la question à Lille car la ville comme la région et ses collectivités territoriales sont, en matière d’éducation artistique et d’élargissement des publics, des fers de lance. La question aujourd’hui concerne moins le pourquoi de la démocratisation culturelle que le comment.

Avec : Guy ALLOUCHERIE, directeur de la compagnie HVDZ installée en résidence à la Fabrique théâtrale, plus connue sous le nom de la base 11/19. C’est à la fois en référence à un spectacle qu’il a monté il y a quelques années et à un site minier, associé à la scène nationale Culture Commune située à Loos-en-Gohelle.

Stéphane FRIMAT, directeur de la compagnie l’Oiseau-Mouche et du théâtre Le Garage à Roubaix.

Marie BOUTS, plasticienne en résidence sur le territoire de Maubeuge.

2ème partie : Gros plan sur l'Opéra de Lille.

Caroline SONRIER et Emmanuelle HAÏM
Caroline SONRIER et Emmanuelle HAÏM Crédits : Caroline Broué - Radio France

C’est à une rencontre entre musique, art lyrique et danse que nous vous invitons, en compagnie de la seule femme directrice d’Opéra en France aujourd’hui. Cet Opéra c’est celui de Lille, qui a réouvert ses portes en 2003 dans l’élan de Lille 2004 Capitale Européenne de la Culture et qui depuis sa réouverture est montré en exemple, tant pour sa programmation de grande qualité que pour les efforts fournis en direction des publics. C’est aussi que sa directrice Caroline SONRIER , qui est avec nous aujourd’hui, a su redonner ses lettres de noblesse à cette grande institution restée plusieurs années en déshérence et en travaux, mais qui est devenue sous sa houlette un lieu envié et admiré.

Caroline Sonrier collabore depuis 2003 avec Emmanuelle HAÏM qui est en résidence à l’Opéra de Lille et qui crée, avec son Concert d’Astrée, une production baroque chaque année, dont le fameux Orphéo de Monteverdi.

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......