LE DIRECT
François Hollande, janvier 2017

La gauche a-t-elle perdu la bataille des idées ?

31 min
À retrouver dans l'émission

A l’occasion de la sortie « Qu’est-ce que la gauche ? » aux éditions Fayard coordonné par les journalistes Cécile Amar, journaliste à l’Obs et Marie-Laure Delorme, journaliste au JDD, nous recevons l'historien Michel Winock et l'écrivain Laurent Binet.

François Hollande, janvier 2017
François Hollande, janvier 2017 Crédits : Stéphane de Sakutin - AFP

Qu'est-ce que la gauche, historiquement ? Qu'est-ce que veut dire "être de gauche" ? Y-a-t-il un sens à parler de gauche plurielle ? Face au nouveau clivage qui se dégage entre les progressistes et les conservateurs, face à une remise en cause de certains acquis sociaux, la gauche deviendrait-elle conservatrice ?

Avant tout, il importe de distinguer l’existence historique de la gauche de son essence idéologique. Pour Michel Winock, la gauche n'existe pas et n'a jamais existé; il n'y a jamais eu que des gauches, et cela depuis qu'elle existe. Il rappelle que c’est en septembre 1789 que le mot «gauche» est apparu dans la grande salle des Menus Plaisirs, à Versailles. Depuis, Michel Winock distingue quatre gauches : la gauche républicaine qui assume l’héritage de la révolution, la gauche socialiste issue de la révolution industrielle et de la naissance du prolétariat, la gauche communiste né de la révolution léniniste, et enfin plus marginale, une quatrième gauche qui va de l’anarchisme au trotskisme.

"Il existe une éthique de gauche. Mais comment faire une politique à partir de ces convictions? Là divergent les gauches. (...) Je ne vois pas comment, dans les années qui viennent, on peut imaginer une gauche unifiée et crédible." Michel Winock, La Grande Table

De nombreux politologues dénoncent l’alliance de la gauche et du libéralisme: la gauche est accusée d'avoir abandonné les grandes politiques de relance, et l’État s’être soumis à la logique du marché. C’est principalement ce que dénonce Laurent Binet dans son court texte dans «Qu’est-ce que la gauche ?». Pour lui, si la fausse rhétorique de la droite fonctionne aussi bien, c’est en partie à cause « de la complicité fidèle d’une frange de la gauche ». Il offre plutôt une définition par la négation: « Tout homme de gauche qui prône la baisse des charges et la politique de l’offre est un chien. Tout homme de gauche qui fait passer la flexibilité, c'est-à-dire la dégradation des conditions de travail des salariés, pour un progrès, est un chien. Corollairement, tout homme de gauche qui pense que le travail est trop gros est un chien."

"Le discrédit du Parti Socialiste est tel que tout ce qui est dit par un socialiste est devenu inaudible. (...) Je suis pessimiste. Le PS arrive au bout de quelque chose et ne va pas parvenir à se réinventer." Laurent Binet, La Grande Table

Pour écouter Thierry Frémaux, invité de la première partie de l'émission, cliquez-ici.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......