LE DIRECT

LA GRANDE TABLE (2ème partie)

34 min
À retrouver dans l'émission

Raphaël Bourgois et Antoine Mercier, accompagnés du sociologue Loïc Blondiaux, reçoivent le docteur en sociologie Nicolas Marquis, auteur de l'essai, récemment paru chez PUF, Du bien-être au marché du malaise – La société du développement personnel.

Nicolas Marquis : Définir ce qu’est un ouvrage de développement personnel est très compliqué. Je ne suis pas parvenu, malgré de nombreuses tentatives, à saisir ce qu’est réellement un livre de développement personnel. C’est une expérience que vivent certains lecteurs, c’est un travail de l’individu sur lui-même. L’attitude du lecteur est donc essentielle. Ce n’est pas une attitude de contemplation car ce n’est pas prioritairement une expérience esthétique, il y a la perspective d’apporter quelque chose par la lecture. Qu’est ce que ce livre dit de moi ? Voilà l’attitude dans laquelle est le lecteur. La Bible pour certains est vu comme un livre de développement personnel.

Nicolas Marquis : Il y a un modèle du déclin qui veut que lorsqu’on lit des livres de développement personnel cela prouve la nécessité de l’autonomie individuelle et par là même l’échec de la société. Cela en dit long des craintes que nous nourrissons à propos de notre société. Pourtant la capacité à parler de soi est une compétence qui peut développer certains bénéfices sociaux.

Pour réécouter la première partie de l'émission avec Nine Antico et Serge Clerc, cliquez ici.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......