LE DIRECT
Viktor Orban, Premier ministre hongrois le 24 juin 2018.

Les sociétés ouvertes sont-elles en danger ?

33 min
À retrouver dans l'émission

Peut-on encore parler de démocratie (même en précisant "illibérale") pour désigner des régimes élus démocratiquement mais qui ne respectent pas l'Etat de droit? Le philosophe Michaël Foessel nous répond.

Viktor Orban, Premier ministre hongrois le 24 juin 2018.
Viktor Orban, Premier ministre hongrois le 24 juin 2018. Crédits : FERENC ISZA - AFP

De plus en plus de régimes démocratiques comme la Turquie, la Hongrie, la Russie ou Israël, se détournent de l'Etat de droit pour privilégier une lecture identitaire et ultranationaliste du pouvoir. Le terme de "démocraties illibérales", utilisé tant par ses défenseurs (comme le premier Ministre hongrois Viktor Orban) que par ses détracteurs (comme Emmanuel Macron) pour désigner ces régimes, est-il le plus apte à désigner ces réalités? 

La formule ''démocratie illibérale'' est revendiquée à la fois par ceux qui s'en revendiquent et ceux qui la critiquent. Or elle implique que tout ce qu'il y a de positif dans la démocratie vient du libéralisme." Michaël Foessel

Au contraire, ne compromet-il pas implicitement la nature de la démocratie, en sous-entendant qu'elle peut s’accommoder d'un régime "illibéral"? Poser ces questions revient à questionner la définition même de la démocratie.

La démocratie est le lieu vide du pouvoir, c'est-à-dire un régime où le pouvoir n'est pas concentré dans un centre unique et immuable mais au contraire toujours remis en cause." Michaël Foessel

On élucide ces questions avec notre invité. Philosophe et professeur à l’école Polytechnique, Michaël Foessel est conseiller à la direction de la revue Esprit. 

Ce qui fait que les démocraties dites illibérales ne sont pas des démocraties est le fait qu'elles refusent la culture du conflit, qu'elles rejettent la question du légitime et de l'illégitime." Michaël Foessel

Depuis 2014, il dirige la collection l'Ordre philosophique aux éditions du Seuil avec Jean-Claude Monod.

Le propre des démocraties dites illibérales comme la Pologne, la Hongrie ou la Russie, est de réduire la liberté des individus à leur liberté économique. Cet autoritarisme dépend du libéralisme économique." Michaël Foessel

Intervenants
  • philosophe, spécialiste de la philosophie allemande et de la philosophie contemporaine, et professeur à l'école Polytechnique
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......