LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La question de la Convention collective du cinéma

34 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la réunion de la Commission du ministère du travail, discussion sur la question de la Convention collective du cinéma

Avec :

Denis GRAVOUIL , directeur de la photographie, réalisateur

Patrick SOBELMAN , producteur

Alexis DANTEC, directeur général de Cofinova

Alexis Dantec, Denis Gravouil, Patrick Sobelman
Alexis Dantec, Denis Gravouil, Patrick Sobelman Crédits : corinne AMAR - Radio France

C’est un dossier sensible mais crucial pour l’avenir du cinéma français. Après sept ans de discussions, aujourd’hui doit être validée par le ministère du travail la Convention collective du cinéma qui fixe les minimas salariaux et encadre la durée du travail pour les ouvriers, techniciens et réalisateurs. Cette Convention a été signée le 19 janvier dernier conjointement par toutes les formations syndicales (sauf la CFDT), et par une organisation patronale qui regroupe les plus gros producteurs exploitants (Gaumont, Pathé, UGC et MK2) réunis au sein de l’Association des Producteurs indépendants. Elle est soutenue par une majorité de techniciens et d’ouvriers du cinéma (monteurs, décorateurs, costumiers, électriciens, ingénieurs du son, régisseurs, scripts), mais elle est rejetée par tous les autres producteurs regroupés dans plusieurs collectifs, qui ont même déposé un texte alternatif.

Au milieu, il y a les réalisateurs. Certains d’entre eux réunis au sein de la Société des réalisateurs de films et du groupe « 25 Images » (qui rassemble les réalisateurs de téléfilms) se sont exprimés pour la Convention. D’autres sont contre et ont signé une pétition qui a fait du bruit dans la presse, puisqu’elle s’intitulait « Sauver le cinéma français » et qu’elle regroupait des noms aussi divers que Robert Guédiguian, Mathieu Amalric, Noémie Lvovsky, Olivier Assayas, Valérie Donzelli, François Ozon ou Costa Gavras. Selon eux, l’accord du 19 janvier comporte de telles hausses de coûts qu’il met en péril le cinéma d’auteur et menace l’existence de soixante-dix films par an au budget inférieur à 5 millions d’euros.

Autrement dit, c’est peu de dire que cette Convention, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet, divise la profession. C’est pourquoi d’ailleurs le gouvernement a nommé un médiateur en la personne de Raphaël Hadas-Lebel. La Grande Table ouvre aussi le débat.

Sons diffusés :

  • Archive de Caroline CHAMPETIER dans « La Grande Table » du 14/02/03

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

Pour accéder à la première partie de La Grande Table du 11.04.2013 intitulée « The Act of Killing (L’acte de tuer) », cliquez ici.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......