LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Aéroport de Berlin Tempelhof (Allemagne)

L'asile : une vie en transit ?

34 min
À retrouver dans l'émission

Karim Aïnouz, réalisateur brésilien, nous offre aujourd'hui un documentaire : "Berlin Tempelhof". L'ancien aéroport berlinois a été transformé, depuis 2015, en lieu d'accueil pour les réfugiés. Avec Karine Parrot, auteure de "Carte Blanche, l'Etat contre les étrangers" (La Fabrique, 2019).

Aéroport de Berlin Tempelhof (Allemagne)
Aéroport de Berlin Tempelhof (Allemagne) Crédits : Daniel Boberg / EyeEm - Getty

Après le documentaire explosif de Lech Kowalski, On va tout péter, diffusé hier soir sur Arte (à revoir ici), le second volet de notre Grande table des Idées avec le Festival du documentaire d'Arte se consacre aujourd'hui au film _Berlin Tempelhof_. 

Le réalisateur brésilien Karim Aïnouz dialogue avec la juriste Karine Parrot, professeure à l'Université Cergy Pontoise, membre du GISTI (Groupe d'Information et de Soutien aux Immigrés), qui a publié à La Fabrique un essai politique : Carte Blanche, l'Etat contre les étrangers.

Le Berlin Tempelhof est un aéroport devenu centre d'accueil d'urgence des demandeurs d'asile. Prouesse architecturale, créé en 1923, transformé en camp de prisonnier sous le IIIe Reich, puis réactivé par les alliés au lendemain de la guerre, cet aéroport en plein Berlin a cessé de fonctionner en 2008, détrôné dans les années 1970 par le Tegel. Depuis 2010, les pistes et le terre-plein qui l'entourent sont devenus un parc public. Et le bâtiment classé fait office depuis 2015 de lieu d'accueil. 

2015, l'année où Angela Merkel a ouvert grand les bras et les frontières allemandes aux réfugiés. Pour accueillir cette année là plus d'un million de migrants, l'ancien aéroport a été très vite mis à contributions... 

Les moments les plus importants du jour sont vers 17h, quand ils attendent leur courrier pour savoir si leur demande d’asile a été prise en compte ou pas. (Karim Aïnouz)

Au sein de l'aéroport, l'attente rythme le quotidien des demandeurs d'asile, que le réalisateur a filmés pendant un an.

Ibrahim a échappé à la Syrie à l’âge de 17 ans, en octobre 2015. Il est arrivé seul en Allemagne. Je me suis intéressé à lui, car ce personnage est déshumanisé par les médias européens. Jeune garçon, célibataire, qui échappait à la guerre pour une nouvelle vie... (Karim Aïnouz)

L'aéroport est doté d'une symbolique forte : on y atterrit, mais on y décolle aussi. C'est d'ailleurs à ces aéroports, actifs, lieux d'arrivée et de départ, que s'intéresse Karine Parrot dans Carte Blanche, comme à Roissy, et à ce qu'elle qualifie d'"exercice aléatoire des droits accordés par la loi aux étrangers". Des zones d'attente où les demandeurs d'asile sont sélectionnés par des administrateurs et des policiers, souvent sans voir un juge. 

Ceux qui arrivent jusqu'à la zone d'attente sont déjà chanceux. Les "zones d'attente", c'est un peu comme les centre de rétention. C'est l'idée d'enfermer les gens : juste quand ils arrivent pour, dans la mesure du possible, les réexpédier. (...) A côté de Roissy, on a installé une juridiction dans une espèce d'algeco, où les juge statuent, bientôt sur les écrans vidéo. (...) On fait des mascarades de justice. 

Extraits sonores : 

  • Berlin Tempelhof, Karim Aïnouz, 2019
  • Emmanuel Macron sur la politique migratoire - BFMTV - 25/04/2019
Intervenants
  • Scénariste et réalisateur
  • Professeure de droit à l’Université de Cergy-Pontoise, membre du GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigré.e.s)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......