LE DIRECT
Arrivée de Hitler à Vienne suite à l'annexion de l'Autriche (L'Illustrazione Italiana, Year LXV, No 12, March 20, 1938)

L’Europe dans le miroir des années 30 ?

37 min
À retrouver dans l'émission

Face aux craintes actuelles que les nationalismes triomphants nous fassent retomber dans les années 1930, le philosophe Michaël Foessel montre à quel point la guerre du langage qui a cours aujourd’hui autour de termes comme "populisme" nous rapproche davantage de l'année 1938.

Arrivée de Hitler à Vienne suite à l'annexion de l'Autriche (L'Illustrazione Italiana, Year LXV, No 12, March 20, 1938)
Arrivée de Hitler à Vienne suite à l'annexion de l'Autriche (L'Illustrazione Italiana, Year LXV, No 12, March 20, 1938) Crédits : DE AGOSTINI PICTURE LIBRARY - Getty

Le philosophe Michaël Foessel, professeur à l’École polytechnique et auteur de Récidive (PUF, 2019), s’est plongé dans la presse des années 1930, des journaux d’extrême droite à l’Humanité, voyageant entre les lignes de 1938, bringuebalé de défaite en défaite : défaite de la démocratie, des partis, des sentiments. Car, en 1938, la France est entrée en guerre, guerre des mots et des idées.

Je suis parti de blessures « sémantiques » : des phrases, des discours sur des questions fondamentales (migrations, démocraties…) qui manifestent une défection à l’égard d’une certaine exigence démocratique.                          
(Michaël Foessel)

Une année que l'on connaîtrait mal et sur laquelle tout n'aurait pas été dit. Ainsi, Michaël Fossel écrit-il « J’ai rencontré l’année 1938 », désignant une période peut-être mal enseignée, cela en dépit des nombreux essais qui, depuis quelques années, s’interrogent sur un possible retour des années 1930, de Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard (2014) de Philippe Corcuff à Les années 30 : et si l'histoire recommençait ? de Pascal Blanchard.

[Entre 1938 et aujourd'hui], c’est la même langue, la même grammaire, par laquelle une démocratie, petit à petit, se renie elle-même. (Michaël Foessel)

En 1938 déjà, on rebaptise les « nationaux » « populistes », tandis qu'aujourd'hui, en pleines élections européennes, ce terme à la mode rassemble des noms comme Trump, Bolsonaro, Orbán ou Salvini. A-t-on raison, hier comme aujourd’hui, d’utiliser ce terme ? Que recouvre-t-il et quelle réalité masque-t-il?

Le signifiant peuple, même s’il faut le manier avec prudence, n’a pas à être abandonné aux adversaires de la démocratie.                      
(Michaël Foessel)

Un essai qui fait parler les récurrences pour que le passé, loin d'être une simple grille de lecture du présent, nous permette de comprendre notre temps dans sa spécificité.

Extraits sonores : 

  • Pascal Blanchard (librairie mollat, 01/11/2017)
  • Mathieu Bock Coté (Répliques, 01/12/2018)
  • Edouard Daladier se félicite de l'échec de la grève générale (30/11/1938)

Bibliographie

Intervenants
  • philosophe, spécialiste de la philosophie allemande et de la philosophie contemporaine, et professeur à l'école Polytechnique
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......