LE DIRECT
Toni Morrison

Toni Morrison : "Pour moi "Home", c'est plein de désir"

36 min
À retrouver dans l'émission

Dans le cadre de l’ouverture du festival "America" à Vincennes, du 21 au 23 septembre, "La Grande table" reçoit l'autrice américaine Toni Morrison. Elle évoque son dernier roman, "Home", qui revient sur l'Amérique de la ségrégation des années 1950.

Toni Morrison
Toni Morrison Crédits : éd. Bourgois / Mathieu Bourgois - Radio France

Dans le cadre de l’ouverture du festival "America" à Vincennes, du 21 au 23 septembre, "La Grande table" reçoit l'autrice américaine Toni Morrison, invitée d’honneur de cet événement. Toni Morrison, première auteure afro-américaine à avoir reçu le prix Nobel de littérature, a été marquée par la ségrégation et le racisme. L'écrivaine a exploré toute l'histoire des noirs américains à travers ses romans, de l'esclavage à l'époque contemporaine.

Aujourd'hui, elle nous présente Home, son dixième roman ; une plongée dans l'Amérique de la ségrégation des années 1950, sa violence et ses plaies, avec l’histoire d’un vétéran noir de la guerre de Corée qui revient dans son Sud natal pour retrouver sa jeune sœur. C'est l'histoire d'une émancipation et d'une rédemption. 

Pour Toni Morrison, l'idée initiale du roman était d'aller exhumer l'histoire des années 1950 aux Etats-Unis. Elle évoque des événements de cette période que l'histoire a parfois occultés : 

Les gens gagnaient de l'argent, c'était après la guerre. Tout allait bien... C'est l'histoire que nous nous racontons à nous-mêmes. Mais il y a des choses que nous avons dissimulé, comme la guerre de Corée. C'était une période anti-communiste très violente. Il y avait de la violence contre les déshérités, les Noirs... Toni Morrison

Je voulais parler des relations entre un frère et une sœur, il me semble que c'est inhabituel en littérature. C'est une relation pure. Je voulais trouver ce sentiment unique. Toni Morrison

Le héros gagne en profondeur et en maturité grâce à l'écriture. Peu à peu, il s'émancipe et prend le pouvoir sur le narrateur, qui est d'abord omniscient : 

Je voulais qu'il ait le premier et le dernier mot. Il se rend compte que la violence n'est pas ce qui fait un homme. Ses actions montrent qu'il y a d'autres façons de devenir un adulte. C'est l'apogée du processus de maturation. Toni Morrison

Mes livres sont devenus plus courts, et je crois qu'ils sont meilleurs. Cela m'oblige à enchaîner les scènes. Ce que je recherchais c'est que la relation entre le lecteur et le personnage devienne plus étroite. Toni Morrison

Tout au long du texte, Toni Morrison sème plusieurs indices pour que le lecteur comprenne que le personnage, Frank, est noir. Dans les années 1950, la ségrégation et le racisme sont encore très présents. Les étapes du parcours de Frank sont rythmés par un livre : The Negro Motorist Green-Book, un guide de voyage publié chaque année entre 1936 et 1966. Il recensait les commerces et autres établissements qui acceptaient la clientèle noire :

Le lecteur comprend son environnement lorsque le personnage essaye d'aller aux toilettes, à la station essence... Je n'ai pas besoin d'indiquer s'il y a une pancarte. On comprend qu'il y en a une, et que les Noirs n'ont pas le droit de s'y rendre. Toni Morrison

Pour moi, "Home", c'est plein de désir. C'est cette petite bourgade endormie du Sud, c'est dans cet endroit que Frank se sent le mieux. Il doit accepter ce qu'il a perpétré durant la guerre. Cet homme est une victime de la violence aveugle. Toni Morrison

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......