LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Reed Hastings, co-fondateur et directeur de Netflix

Netflix : une chance pour le cinéma ?

34 min
À retrouver dans l'émission

Alors que le Festival de Cannes s'ouvre ce soir, la chercheuse Joëlle Farchy revient sur la polémique Netflix, dont les films sont interdits au festival, et sur les effets du géant du streaming sur le cinéma.

Reed Hastings, co-fondateur et directeur de Netflix
Reed Hastings, co-fondateur et directeur de Netflix Crédits : Ore Huiying - Getty

Une émission en partenariat avec Le Nouveau Magazine Littéraire

Cannes débute ce soir sa 72ème édition. Si le festival est une vitrine pour les films présentés, il est aussi un miroir des évolutions du cinéma mondial, un lieu de légitimation et de compétition. Alors qu'on le dit de plus en plus concurrencé par la Mostra de Venise et Toronto, celui-ci reste une rampe de lancement pour la carrière internationale de certain films.

Après avoir choisi de ne pas sélectionner Roma d'Alfonso Cuarón, qui avait remporté dans la foulée le Lion d'or à Venise et l'Oscar du meilleur film, cette année encore,  Cannes a fermé la porte aux productions Netflix dans sa sélection officielle. Faut-il y un voir un acte de résistance bienvenu pour l'industrie cinématographique ?

Jöelle Farchy, professeure en science de l’information et de la communication à Paris I Panthéon-Sorbonne et chercheuse au Centre d’économie de la Sorbonne, a dirigé En compétition. Une décennie de festivals internationaux de cinéma (Presses des Mines, 2019). Un ouvrage dans lequel elle s’intéresse aussi aux relations entre l’industrie du cinéma et la plateforme californienne Netflix.

Selon elle, la plateforme ne présente pas que des mauvais aspects, offrant notamment une alternative au piratage illégal :

Quand on parle de Netflix, on dit beaucoup de mal, mais il faut rappeler que la firme a eu le mérite de voir l’évolution des usages.

De même, alors que certains estiment que Netflix, qui diffuse ses films en salle, met à mal l'exploitation cinématographique, Joëlle Farchy ne cherche pas à opposer salles obscures et plateformes streaming : 

L’ambition de Netflix n’est pas de vider les salles. Je pense qu’ils ont intérêt à préserver les salles, parce que, pour eux, c’est aussi une forme de notoriété.

Extraits sonores :

  • Guillermo Guiz sur Netflix - France Inter - 19/03/2018
  • Discours d'Alfonso Cuarón aux Oscars 2019 - 25/02/2019
  • Bande-annonce de De l'autre côté du vent d'Orson Welles
Intervenants
  • professeure à Paris 1, chercheure au Centre d’Economie de la Sorbonne et directrice de l'école des médias et du numérique de la Sorbonne
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......