LE DIRECT
Opération Licorne, test nucléaire, 22 mai 1970, Fangataufa, Polynésie française

Nucléaire : la guerre qui n’aura (peut-être) pas lieu ?

34 min
À retrouver dans l'émission

Jean-Pierre Dupuy, ingénieur et philosophe, pour "La guerre qui ne peut pas avoir lieu: Essai de métaphysique nucléaire" (Desclée De Brouwer, février 2019).

Opération Licorne, test nucléaire, 22 mai 1970, Fangataufa, Polynésie française
Opération Licorne, test nucléaire, 22 mai 1970, Fangataufa, Polynésie française Crédits : Galerie Bilderwelt - Getty

Alors que les récentes négociations entre Donald Trump et Kim Jong-Un ont échoué, le philosophe Jean Pierre Dupuy revient aux fondements du principe de la dissuasion nucléaire et à ce paradoxe qui voudrait que pour ne pas faire la guerre il suffirait de la mimer.

Jean-Pierre Dupuy, "La Guerre qui ne peut pas avoir lieu", Desclée de Brouwer, 2019
Jean-Pierre Dupuy, "La Guerre qui ne peut pas avoir lieu", Desclée de Brouwer, 2019

Hawaï, le 13 janvier 2018. Tous les téléphones portables vibrent pour afficher ce message : "Menace de missiles balistiques. Mettez vous à l’abri." C'est avec l'évocation de cette fausse alerte d'attaque nucléaire que Jean-Pierre Dupuy ouvre son ouvrage.

La leçon à tirer de cela, c’est qu’il n’y a plus de différence entre les fausses alertes et les alertes vraies. Il faut toutes les prendre au sérieux.

Jean-Pierre Dupuy en vient alors à considérer les implications philosophiques de la dissuasion nucléaire.

La dissuasion marche tant qu'elle marche. Si elle ne marche pas, tout s'écroule.

En effet, la dissuasion nucléaire, mélange de rationalité et de folie, pose plusieurs problèmes à la pensée. En particulier, celle-ci semble difficile à justifier du point de vue moral.

Avec la dissuasion nucléaire, toute catégorie morale se met en contradiction avec elle-même.

Extraits sonores : 

  • Tump promet "le feu et la fureur" à Kim Jong-Un en cas d'attaque nucléaire, le 9 août 2017
  • Fausse alerte d'attaque nucléaire à Hawaï le 13 janvier 2018
  • Archive sonore de Robert Openheimer sur la bombe atomique
  • Musique de la fin de Docteur Folamour de Stanley Kubrick
Intervenants
  • philosophe, ingénieur, professeur de science politique à l’Université Stanford
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
À venir dans ... secondes ...par......