LE DIRECT

Qu'est-ce que traduire ? / Grand entretien avec Guy Maddin.

1h25
À retrouver dans l'émission

1ère partie : Qu'est-ce que traduire ?
Alors qu’une polémique fait rage dans le landerneau littéraire à propos d’une traduction sauvage (traduisez « numérique ») par François Bon du Vieil Homme et la mer d’Ernest Hemingway, un livre très singulier vient juste de paraître. Son auteur est professeur à Princeton, il est spécialiste de littérature française et de Perec en particulier. Il s’agit de David Bellos et de son ouvrage Le poisson et le bananier. Une histoire fabuleuse de la traduction , publié aux éditions Flammarion. A partir de ce livre, il est question du rapport à l’autre, de la traduction comme révélateur des époques de traduction.

Avec : Geneviève BRISAC Hervé Le TELLIER Zahia RAHMANI
Archives diffusées :

  • Extrait de Domicile conjugal (1970) de François TRUFFAUT.

  • David BELLOS dans l'Humeur vagabonde de Kathleen Evin (France Inter) le 24/01/2012.

  • Extrait de Lost in translation (2003)de Sophia COPPOLA.

  • BARBARA, "Göttingen".

2ème partie : Grand entretien avec Guy MADDIN.

Guy MADDIN
Guy MADDIN Crédits : Sarah Cuvelier - Radio France

Grand entretien avec un cinéaste canadien encore peu connu du grand public français : Guy MADDIN . Il est l’auteur d’une œuvre aussi hantée qu’il l’est lui par les êtres aimés qu’il a perdus un peu trop tôt. Son premier film, réalisé en 1985, portait justement sur la figure d’un de ces êtres chers, The Dead Father était son titre. On lui doit ensuite quatre films qui le distingueront auprès du public : Tales from the Gimli Hospital, The Saddest music in the world, Des trous dans la tête et son dernier en date Winnipeg mon amour . Son univers est à la fois terrifiant et merveilleux mais sa source première est toujours onirique et fantasmagorique, entre mémoire du souvenir et souvenir de la mémoire. C’est exactement l’univers de son dernier long métrage sorti mercredi dernier en salles. Il s’intitule Ulysse, souviens-toi et c’est une adoption libre de l’Odyssée d’Homère, un voyage surtout intérieur dans lequel on retrouve les obsessions de Guy Maddin, entre film noir et film de fantômes.

De fantômes il en est également question dans les expériences un peu folles qu’il mène en ce moment-même au Centre Pompidou à Paris dans le cadre du Nouveau Festival, où durant dix-sept séances il invite les visiteurs à assister au tournage d’un film perdu, ou jamais tourné par des grands noms du cinéma, et dans lequel il invite également des comédiens comme Mathieu Amalric, Jacques Bonnaffé, Amira Casar, Charlotte Rampling à des séances de spiritisme aux cours desquelles ils convoquent les esprits errants de ces films fantômes.

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......