LE DIRECT
Signature du traité de Rome, mars 1957

Renouer avec l'esprit de Rome : en direct de la Villa Médicis

32 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion des 60 ans de la signature du traité de Rome : émission spéciale avec Sandro Gozi, homme politique (Parti démocrate), secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, et Giacomo Marramao, philosophe, professeur de philosophie théorique et politique à l’Université de Rome-III

Signature du traité de Rome, mars 1957
Signature du traité de Rome, mars 1957 Crédits : AFP

En direct de la Villa Médicis, à Rome, à quelques pas du capitole où fut signé, sous la bannière de l’union plutôt que la division, ce traité fondateur... 60 ans après, comment renouer avec l’esprit de Rome ?

Alors que se tenait ici le week-end dernier un sommet européen où les participants ont célébré la ténacité des Pères Fondateurs et fait preuve d’un optimisme forcené pour y croire, encore...

<u>Avec nous ce midi :</u>

• Sandro Gozi, membre fondateur du Parti démocrate italien, secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes depuis 3 ans. Proche de Romano Prodi puis de Matteo Renzi... Ancien diplomate, formé entre Bologne, Paris et Bruxelles, Il est l’auteur de Génération Erasmus : ils sont déjà au pouvoir, paru chez Plon, sorti l’an passé.

• Un professeur que les moins de 20 ans connaissent bien à Rome, un intellectuel dont la voix porte dans le débat public italien, le philosophe Giacomo Marramao, professeur de philosophie théorique et politique à l’Université de Rome-III (tre), membre du Collège international de philosophie de Paris. Auteur de Pouvoir et sécularisation, de Après le Léviathan et La passion du présent. Déclin de la puissance étatique, transformations et survie du politique, eurocentrisme, cosmopolitisme... autant de thèmes récurrents de ses travaux.

Que reste-t-il de l’esprit de Rome ? Existe-t-il encore ? Ou a-t-il définitivement été effacé par Maastricht et Lisbonne ? L’Europe est-elle en train de vivre une phase critique ? Quel désenchantement traduit la montée des populismes et des régionalismes...?

"La vraie clé du futur de l'Europe, c'est de comprendre que sa ressource se situe précisément dans les différences nationales."

"La seule langue de l'Europe, c'est la traduction."

"L'Europe est une nécessité absolue, un destin, et doit être innovatrice au niveau des institutions et des mouvements sociaux."

"Pour sauver l'Europe, il ne faut pas être obsédés par les questions économiques."

Giacomo Marramao

"Nous devons fonder une Europe comme groupe dynamique, ouverte et basée sur la volonté politique et les réponses sociales."

"Nous avons besoin d'une Europe démocratique, seule façon de sauver nos démocraties nationales en péril."

Sandro Gozi

Retrouvez Giuseppe Penone et Monique Veaute en première partie de notre émission spéciale Europe, en direct de Rome.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
À venir dans ... secondes ...par......