LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Spinoza contre les néo-libéraux

35 min
À retrouver dans l'émission

Avec Frédéric Lordon , philosophe et économiste, à l'occasion de la parution de La Société des affects, pour un structuralisme des passions (Seuil). Entretien autour de la Grande Table en compagnie de Mathieu Potte-Bonneville , philosophe.

Frédéric Lordon
Frédéric Lordon Crédits : BC - Radio France

Frédéric LORDON : « J’essaye de mettre un peu plus de concepts dans l’analyse économique. Je m’inscris contre une épistémologie qui essaye d’associer l’économie aux sciences dures. »

« L’apport majeur de Spinoza c’est de considérer que les individus sont d’abord des "élans de puissance". »

« Un des projets centraux de ce livre était de dénouer deux antinomies : la première qui oppose la structure et l’individu, la seconde qui concerne l’opposition assez fréquente entre les points de vue structuralistes et la pensée de l’histoire, des crises. »

« En aucun cas le point de vue déterministe nous condamne à l’éternité de la domination. »

Comment penser la transition ? Retrouvez la Revue des idées de Raphaël Bourgois consacrée au n°75 de Mouvements (à paraître).

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

Pour écouter ou réécouter la première partie de la Grande Table, avec l'actrice Ludmila Mikaël, cliquez ici.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......