LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Test de reconnaissance faciale à Kreuzberg, Berlin (Allemagne) 3 août 2017

Vidéosurveillance : une réalité pire que le mythe ?

33 min
À retrouver dans l'émission

Elodie Lemaire, maître de conférence à l’Université de Picardie Jules Verne, publie "L’œil sécuritaire. Mythes et réalités de la vidéosurveillance". Au mythe de la neutralité et de l’efficacité d’une technologie plébiscitée par les autorités, elle oppose la réalité et la subjectivité des agents...

Test de reconnaissance faciale à Kreuzberg, Berlin (Allemagne) 3 août 2017
Test de reconnaissance faciale à Kreuzberg, Berlin (Allemagne) 3 août 2017 Crédits : Steffi Loos - Getty

L’œil sécuritaire. Mythes et réalités de la vidéosurveillance : dans cet essai-enquête, la sociologue Elodie Lemaire passe au scanner nos idées reçues en matière de vidéosurveillance, fantasmes aggravés par la littérature et le cinéma, de Orwell à Minority Report. Elle dévoile, à partir d’expériences concrètes, les dangers bien réels de l’extension de son domaine... 

En Angleterre, la vidéosurveillance « intelligente » [avec caméras analytiques] a permis l'arrestation d'un certain nombre de personnes, toutes innocentes. (...) Ce dispositif est assez vulnérable, ; il faudrait des caméras pour surveiller des caméras. 

Derrière l’œil sécuritaire, ce sont nos schèmes de perception du monde social, des catégories de la perception qui structurent nos usages de la vidéosurveillance. Elle revient sur son enquête, et aux observations participantes qu'elle a mené dans la commune de Braville... La vidéosurveillance a, en effet, de beaux jours devant du fait qu'elle corresponde aux enjeux actuels du gouvernement, dont les intérêts sont moins portés sur la dangerosité avérée que sur la prévention des risques.

La surveillance n’est pas totale : elle est derrière celles et ceux postés pour surveiller, qui vont orienter leur regard vers des catégories de population particulières. Ça relève d’une vision plutôt hautement sélective que totale de la population.

Les technologies ne sont pas en effet pas "neutres" ; elles dépendent, au-delà de l'usage qui en est fait, de l'ensemble des acteurs en présence, de leurs propres schèmes de  (des vidéo-opérateurs aux policiers)

La vidéosurveillance n'est qu'un élément parmi des schèmes de pensées beaucoup plus larges, qui la dépassent, qui fait qu’elle est légitimée en dépit du manque de preuves de son efficacité. Elle se développe parce qu’elle repose avant tout sur de la croyance. 

Extraits sonores : 

  • Christian Estrosi - RMC - 27/09/2017
  • Vidéosurveillance dans une église - Le Parisien - 15/02/2019
  • Pub Thales video protection intelligente - Thales - 10/10/2017
  • Chine reconnaissance faciale - JT France 2 - 05/02/2018
Intervenants
  • sociologue, maîtresse de conférences à l’université de Picardie Jules-Verne, chercheure au Centre universitaire de recherches sur l'action publique et le politique - épistémologie et sciences sociales (CURAPP-ESS)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......