LE DIRECT
Autodafé à Berlin (Allemagne, Seconde Guerre mondiale)

Y a-t-il une censure "morale" ?

35 min
À retrouver dans l'émission

La bienséance met-elle en péril la liberté d'expression ? Peut-on juger l'oeuvre comme son auteur ? Toute censure est-elle morale ? On en parle avec Emmanuel Pierrat, avocat au Barreau de Paris.

Autodafé à Berlin (Allemagne, Seconde Guerre mondiale)
Autodafé à Berlin (Allemagne, Seconde Guerre mondiale) Crédits : Universal History Archive - Getty

Depuis quelques années, les attaques se multiplient à l’encontre d’œuvres réalisées hier, revues et corrigées aujourd’hui, à l’aune des critères du moment, au nom de valeurs supérieurs comme les bonnes mœurs, la protection de l’enfance, le droit des minorités ou encore la souffrance animale.

Il y a un phénomène nouveau qui consiste à juger une œuvre à l’aune, non pas de ce qu’elle est, mais en fonction de son auteur.              
(Emmanuel Pierrat)

Une nouvelle morale qui ne s’interdit pas de censurer et dont notre invité interroge aujourd’hui les fondements dans Nouvelles morales, nouvelles censures (Gallimard, 2018).

La liberté d’expression, acquis fondamental de la révolution de 1789.  […] C’est parce que nous jouissons de cette liberté extraordinaire que  nous devons être particulièrement exigeants.              
(Emmanuel Pierrat)

En parallèle, il publie Le Grand livre de la censure (Plon, 2018) et Dernières volontés (La Martinière, 2018), une histoire des plus incroyables testaments et successions. Emmanuel Pierrat est avocat au Barreau de Paris et Conservateur du Musée du Barreau de Paris

L’Etat prend de moins en moins position, il est très perdu dans ses repères.              
(Emmanuel Pierrat)

Cliquez ici pour écouter la première partie de l'émission, "Pawlikowski, à l’amour comme à la guerre".

Extraits sonores : 

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
À venir dans ... secondes ...par......