LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"France" de Bruno Dumont

Cinéma : "France" de Bruno Dumont et "Le Fils de l’épicière, le Maire, le Village et le Monde" de Claire Simon

33 min
À retrouver dans l'émission

Un documentaire sur le documentaire et une fiction sur le sensationnalisme médiatique à la française : bataille d'images au sommaire de cette première table ronde critique cinéma de la saison.

"France" de Bruno Dumont
"France" de Bruno Dumont Crédits : 3B PRODUCTION/ARP SELECTION

La Grande Table critique : chaque vendredi, une poignée de critiques passionnés échangent et se disputent autour de films, de livres, d’expositions, de disques, de bande-dessinées, etc... On y parle de l’actualité culturelle avec enthousiasme et contradiction.

Au sommaire de cette émission : France, de Bruno Dumont, et Le Fils de l’épicière, le Maire, le Village et le Monde, nouveau film documentaire de Claire Simon. 

Nos critiques du jour : Murielle Joudet, critique cinéma aux Inrocks, et Charlotte Garson, rédactrice en chef adjointe aux Cahiers du Cinéma

"France" de Bruno Dumont

Synopsis : « France » est à la fois le portrait d’une femme, journaliste à la télévision, d’un pays, le nôtre, et d’un système, celui des médias.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits

"France est un film qui, après son visionnage, mature, s'ouvre et prend tout son sens. La satire médiatique est une fausse piste pour moi, France un faux film à sujet. Tout se joue dans les aspérités du récit." Charlotte Garson

"Les médias sont en fait envisagés comme le milieu du personnage, France, dont on va faire le portrait, comme dans un roman du 19e siècle. [...] Dumont est un grand penseur sur les acteurs. Il se dégage une réelle éthique du mélange entre vedettes et non-professionnels tel qu'il le conçoit : une vedette, qui induit sa propre mise en scène, c'est-à-dire la bourgeoisie, doit être dans le monde. Ce mélange est, pour moi, le vrai sujet du film qui est une suite de confrontations entre un visage, celui de Léa Seydoux, et des visages qui la tiennent en respect, ceux des acteurs non-professionnels qui sont du côté du réel et du monde. C'est un travail sur le contrepoint que je trouve passionnant. " Murielle Joudet 

  • France de Bruno Dumont, en salles

"Le Fils de l’épicière, le Maire, le Village et le Monde" de Claire Simon 

Synopsis : C’est l’hiver dans le petit village de Lussas, en Ardèche, et les agriculteurs sont tout entier à la taille des vignes. Soutenu par le maire Jean-Paul Roux, son ancien camarade de classe Jean-Marie Barbe se lance dans une entreprise toute singulière : la création d’une plateforme numérique par abonnements, dédiée aux documentaires d’auteur. C’est la naissance de Tënk, aux allures de start-up, tendance rurale. Aux côtés de Jean-Marie, l’équipe va-t-elle gagner le pari de cette entreprise économique ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits

"Je ne comprends pas ce qu'on me montre. A la base, le projet est une série qui s'appelle Le Village, une forme ample que le film résume pour produire une hagiographie sur Jean-Marie Barbe. Le sujet n'a aucune cinégénie, et le film pas de forme. Il n'y a, selon moi, ni adversité, ni altérité, et je ne comprends alors ni l'utilité ni la fonction, esthétique et politique, de cet objet." Murielle Joudet

"Contrairement à Wiseman qui partait, dans City Hall, du pouvoir pour arriver à l'utopie, Claire Simon raconte l'histoire du projet de Jean-Marie Barbe en partant de sa formulation utopique pour arriver à la réalité du pouvoir à l'oeuvre dans sa réalisation. Volontairement ou non, le film transcende son sujet pour réfléchir sur une génération qui ne veut pas passer la main à la génération suivante, empêche quelque chose d'advenir au présent et au futur. Cette réflexion m'a passionnée." Charlotte Garson

  • Le Fils de l’épicière, le Maire, le Village et le Monde de Claire Simon, en salles

Egalement au sommaire de La Critique : 

Le coup de coeur de Charlotte Garson pour le livre Le cinéma est mort, vive le cinéma ! d'Antoine De Baecque disponible chez Gallimard : 

Le cinéma est mort, vive le cinéma fait suite à L'histoire-caméra. Le premier livre s'attachait au rapport que le cinéma entretient avec l'histoire. Celui-ci s'intéresse au rapport que le cinéma entretient avec la mort.
Deux fils se croisent sur ce thème général. Le premier est la mort proclamée du cinéma à chacun des bouleversements techniques du 7e Art : le passage au parlant, l'apparition de la vidéo, puis celle du numérique.
Le second est la mort intrinsèque du cinéma portée par son principe même de faire vivre les morts. C'est aussi la simultanéité du développement du cinéma avec les guerres mondiales et la violence de masse : comment filmer l'horreur? Doit-on la montrer? Jusqu'où aller? Où s'arrêter?

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......