LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Femme dans un jardin - W de Kooning // Inside Red Kanna - Georgia O'Keeffe // La Femme en rouge - C. Soutine

Expositions : « Georgia O’Keeffe » et « Chaïm Soutine/Willem de Kooning », la peinture dans tous ses états

31 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, nos critiques ont vu pour nous deux expositions : "Georgia O’Keeffe" au Centre Pompidou et "Chaïm Soutine/Willem de Kooning, la peinture incarnée" au musée de l’Orangerie. Découvrez leurs avis...

Femme dans un jardin - W de Kooning // Inside Red Kanna - Georgia O'Keeffe // La Femme en rouge - C. Soutine
Femme dans un jardin - W de Kooning // Inside Red Kanna - Georgia O'Keeffe // La Femme en rouge - C. Soutine Crédits : ©The Willem de Kooning Foundation / Adagp, Paris 2021, Photo © Private Collection/Bridgeman // Georgia O'Keeffe Museum - ADAGP // © CCØ Paris Musées -Musée d'Art Moderne de Paris

La Grande Table Critique : chaque vendredi, une poignée de critiques passionnés échangent et se disputent autour de films, de livres, d’expositions, de disques, de bande-dessinées, etc... On y parle de l’actualité culturelle avec enthousiasme et contradiction. 

Au sommaire de cette deuxième partie d'émission, deux expositions : Georgia O’Keeffe au Centre Pompidou et Chaïm Soutine/Willem de Kooning au musée de l’Orangerie. 

Pour en parler, aux côtés de Lucile Commeaux : Corinne Rondeau, Maître de conférence en esthétique et sciences de l’art à l’université de Nîmes et Stéphane Corréard, Critique d'art, directeur du salon Galeristes.  

🖼  -  Exposition : « Georgia O’Keeffe », une icone du modernisme 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L’exposition :

Le Centre Pompidou présente la première rétrospective en France de Georgia O’Keeffe (1887 – 1986), l’une des plus grandes figures de l’art nord-américain du 20e siècle. Riche d’une centaine de peintures, dessins et photographies, l'exposition propose un parcours complet à travers sa carrière artistique. Disparue à 98 ans, Georgia O’Keeffe aura traversé l’essentiel des aventures esthétiques du siècle précédent. Dans les années 1920, elle appartient au cercle restreint des inventeurs du modernisme américain, puis participe, dans les années 1930, à la recherche identitaire qui marque les États-Unis, avant de devenir dans les années 1960 une pionnière de la peinture abstraite « hard edge ». -Centre Pompidou-

L’avis des critiques :

► ► ► Georgia O’Keeffe est une des plus grandes peintres. Elle est prodigieuse. [...] Elle arrive à faire venir la couleur par la lumière. C'est très impressionnant dans le tableau « Grey Cross with blue » dans lequel on ne voit qu’une croix blanche avec un dégradé de mauve qui part vers un bleu plus clair puis un bleu sombre. Ça nous racle l'œil, ça nous nettoie l'œil comme une ouverture de lumière. [...] Aller voir Georgia O'Keeffe, ça n’est pas aller voir des fleurs, Manhattan ou les déserts qu’elle admirait, c’est avant tout voir de la peinture et recevoir de la lumière plein les yeux. Corinne Rondeau

► ► ► C’est une exposition très audacieuse. [...] Georgia O’Keeffe, c'est son sens inouï de la couleur : des stridences avec des verts, des jaunes et surtout des roses incroyables qui font complètement vibrer l’espace. On est dans une autre histoire de l'art moderne. [...] On se perd un peu dans la scénographie de cette exposition, mais je pense que non seulement c'est volontaire, mais que c'est même salutaire d'une certaine manière. C'est à dire que manifestement, le commissaire a voulu suivre le mouvement de l'oeuvre et non pas la contraindre, ce qui est évidemment très intéressant par rapport à la vision que nous avons habituellement de l'histoire de la peinture moderne et notamment du modernisme américain. On voit que Georgia O’Keeffe se fiche totalement du rapport entre abstraction et figuration. [...] Il y a finalement très peu de sujets dans son oeuvre, mais ils reviennent tout au long de son parcours et cette exposition nous invite a butiner les tableaux comme dans un jardin. On est dans une analogie qui est très proche de l'œuvre d'O'Keeffe. Stéphane Corréard

  • Plus d’informations : « Georgia O’Keeffe » jusqu’au 6 décembre au Centre Pompidou - Le catalogue est disponible aux édition Centre Pompidou  

Pour aller plus loin :

🖼  -  "Chaïm Soutine/Willem de Kooning", la peinture incarnée

L'exposition : 

Le musée de l’Orangerie présente une exposition faisant dialoguer les œuvres de Chaïm Soutine (1893–1943), peintre de l’École de Paris d’origine russe (actuelle Biélorussie) et de Willem de Kooning (1904-1997), expressionniste abstrait américain d’origine néerlandaise. Cette exposition s’attachera plus spécifiquement à explorer l’impact de la peinture de Soutine sur la vision picturale du grand peintre américain. -Musée de l'Orangerie-

L'avis des critiques :

► ► ► "J'ai été bouleversé par cette exposition que j'ai trouvée vraiment remarquable quasiment de bout en bout. On est pleinement dans l'univers de chaque artiste. Les liaisons entre Soutine et de Kooning ne nous sont pas imposées par les commissaires, elles se font au contraire dans notre propre regard. […] La première salle est fabuleuse, on y voit quatre portraits de Soutine, quatre personnages en rouge sur des fonds verdâtres, c’est totalement improbable, ça ne devrait pas marcher et c’est juste sublime de couleurs et de formes. […] Je n’ai jamais autant regardé l'épiderme des tableaux que dans cette exposition et je dois dire que j’ai été comblé. J'avais oublié à quel point de Kooning est un maître absolu. Il a tout. Il fait tout ce qu’on peut faire avec de la peinture sur une toile." Stéphane Corréard

► ► ► "Je trouve le travail de Soutine et de Kooning absolument sidérant, mais dans ces petites salles, peut-être parce qu’il y avait beaucoup de monde et que c’est de la peinture matière, je me suis sentie un peu à l’étroit. Par ailleurs, la confrontation entre Soutine et de Kooning n’est pas vraiment là. C’est plutôt Soutine puis de Kooning." Corinne Rondeau

► ► ► ⌛ Extraits à venir

Pour aller plus loin… 

Intervenants
  • Maître de conférences en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes et critique d'art
  • Critique d'art, directeur du salon Galeristes, participe à La Dispute sur France Culture, signataire de la Tribune “Non au «cadeau» de Jeff Koons” dans Libération
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......