LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
André Marcon dans le rôle d'Anne-Marie

André Marcon, un comédien masculin féminin

27 min
À retrouver dans l'émission

Baron du Châtelet dans les "Illusions perdues" de Xavier Gianolli, ancien officier nazi dans "Avant la retraite" de Bernhard et même comédienne déchue dans "Anne-Marie la Beauté" de Yasmina Reza : André Marcon vient nous parler des différents visages qu'il revêtira cet hiver au gré des spectacles.

André Marcon dans le rôle d'Anne-Marie
André Marcon dans le rôle d'Anne-Marie Crédits : Simon Gosselin

Réputé pour être le comédien de l'injouable, André Marcon a interprété les rôles titres de Tête d’Or de Paul Claudel, du Faiseur de théâtre de Thomas Bernhard, ou encore du Discours aux animaux de Valère Novarina. Fidèle interprète de Yasmina Reza, il revient cet hiver pour une cinquième collaboration avec elle, autour de la pièce Anne-Marie la beauté que la dramaturge lui a dédiée. André Marcon sera donc une femme, une comédienne "de seconde zone" qui évoque avec mélancolie ses succès et ses insuccès.

Anne-Marie la beauté, au théâtre de la Colline du 30 novembre au 23 décembre.

André Marcon nous parle de ce rôle inattendu : "J'ai été honoré, et en même temps très effrayé … jouer une femme ! " Le comédien explique que le choix d'un homme pour jouer le personnage d'Anne-Marie a permis à Yasmina Reza de s'affranchir de tout mimétisme réducteur : "Je crois qu'elle ne voulait pas qu'il y ait une espèce de collage de la vie réelle avec la vie fictive, qu'il n'y ait pas de décalque, il fallait une transposition radicale, une manière de gagner ainsi l'universel."

C'est avec une relative facilité que l'acteur se glisse dans la peau d'une femme, ou plutôt la fait émerger de lui-même ; comme il le dit : "Les pièges, je les pressentais : il ne fallait pas faire un homme efféminé, il fallait trouver dans l'intériorité une féminité."

C'est ce mélange de travail et de disponibilité qui permet finalement d'incarner le rôle. "Je ne décide pas grand chose quand je joue, explique André Marcon, _je m'efforce de laisser l'œuvre s'accomplir, décider pour moi_."

Si la scène, comme il le dit lui-même, est "le seul endroit où [il se] sentait bien quand [il] était enfant", elle le reste aujourd'hui qu'il est devenu adulte. Le comédien évoque ainsi le sentiment bien particulier que donne le seul en scène, le monologue face au public : "On règne sur la soirée, on règne sur la respiration de la salle, on a un grand empire ; c'est envoûtant, même si cela fait peur aussi."

Pour finir, André Marcon nous donne des conseils sur les vertus du bon comédien : un artisan dans l'écoute et la concentration qui s'oublie pour pouvoir mieux se donner - à son image somme toute. "L'acteur, ce n'est pas la lumière ou la gloriole qu'ils cherche, au théâtre en tout cas. Le théâtre est l'endroit le moins narcissique du monde. Un acteur doit avoir de l'oreille, parce que la parole c'est moitié celui qui parle, moitié celui qui écoute."

Générique

  • Extrait d'Anne-Marie la Beauté
  • Yasmina Reza sur France Inter en 2017
  • Eddy Mitchell, Icône oubliée, album Country Rock

Bibliographie

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......