LE DIRECT
Catastrophe

Catastrophe ! La comédie musicale est de retour

27 min
À retrouver dans l'émission

Blandine Rinkel, écrivaine et musicienne, et Pierre Jouan, compositeur, membres du groupe Catastrophe, nous parlent de leur comédie musicale, "Gong !"

Catastrophe
Catastrophe Crédits : Antoine Henault

On connaît Blandine Rinkel pour ses deux livres, L'Abandon des prétentions (2017, Fayard), où elle dresse un portrait émouvant de sa mère Jeanine, et Le Nom secret des choses (2019, Fayard), "roman d'émancipation" plus que d'éducation, comme elle aime à le définir. On la retrouve en cette rentrée au sein d'un ouvrage collectif, Les désirs comme désordre (2020, Fayard), livre qui confronte treize écrivains à la question du désir dans le monde d'aujourd'hui. Blandine Rinkel y explore, dans son texte "Les Abus gris", la question du consentement dans une quête de la parole juste.

Raconter avec ses propres mots, se réapproprier sa propre histoire peut permettre de regagner une certaine puissance. (Blandine Rinkel)

Cette période apparaît un peu comme la revanche du livre. En général le milieu de la pop et celui du livre ne se mêlent pas trop, et là je vois le milieu de la pop se ruer dans les librairies, qui sont des lieux où il y a encore des traces d'imagination. (Blandine Rinkel)

C'est aussi en tant que musicienne que nous la recevons aujourd’hui aux côtés de son binôme de toujours, le compositeur Pierre Jouan. Leur groupe de jeunes touche-à-tout, réuni sous le nom de "CATASTROPHE", sera sur scène au Centquatre à Paris les 10 et 11 septembre pour nous proposer un nouveau projet : la comédie musicale "GONG !".

Le monde incertain rend nécessaire de devoir faire de la musique, d'écrire. On a plus que jamais besoin de moments cathartiques. (Blandine Rinkel)

L'innocence a à faire avec le fait d'oser se déborder, oser un certain ridicule, pouvoir échapper à son image. (Blandine Rinkel)

Le collectif a pour mot d'ordre l'imprévu, l'improvisation, le bricolage, le rêve... Souvent comparés au dadaïstes, ils signent ensemble un manifeste au titre parlant : "Puisque tout est fini, alors tout est permis".

Faire guérit de la peur : se lancer dans les choses, bricoler permet de guérir la peur, et c'est ce qu'on fait avec Catastrophe. (Pierre Jouan)

Pourquoi une comédie musicale ? Ils rêvaient d'un "show où musique, danse et texte dialoguent avec l'air du temps". Face aux incertitudes du monde d'aujourd'hui, notamment l'état de notre planète, face à nos failles, c'est par la magie du spectacle, la poésie et l'imagination que le collectif tente une réponse.

La comédie musicale était un vieux fantasme chez Catastrophe, on a toujours voulu aboutir à cette forme un peu totale avec la danse la musique, les costumes... La comédie musicale est un monde où tout est permis, où l'on peut tout s'autoriser, c'est vraiment la vie en mieux, la vie qui roule comme un train dans la nuit. (Pierre Jouan)

Il y a plein de comédies musicales assez noires, on a une image sucrée et pailletée de ce genre, mais je pense que chanter et danser n'empêchent pas de regarder le monde qui nous entoure... En France, on n'a pas le goût de la comédie musicale comme dans les pays anglo-saxons. (Blandine Rinkel)

Extraits sonores :

  • "Encore", titre de l'album "GONG !" de Catastrophe
  • Comédies musicales, un montage de Thomas Beau, avec Starmania de Michel Berger, Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy, American Utopia de David Byrne, Sunday in the park with Georges de Stephen Sondheim et All that jazz de Bob Fosse.
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......