LE DIRECT
Des manifestantes contre Roman Polanski qui devait présider les César en 2017

Césars : la fin d’un règne ?

28 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la cérémonie des Césars qui aura lieu le 28 février, rendez-vous avec Pascal Rogard, directeur général de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD), et Sandrine Brauer, productrice et co-fondatrice du collectif "50-50 pour 2020".

Des manifestantes contre Roman Polanski qui devait présider les César en 2017
Des manifestantes contre Roman Polanski qui devait présider les César en 2017 Crédits : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP - AFP

A l’occasion de la Cérémonie des Césars qui aura lieu le vendredi 28 février à la salle Pleyel, à Paris, rendez-vous avec Pascal Rogard, directeur de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD), et Sandrine Brauer, productrice et cofondatrice du collectif 5050 pour 2020.

Cette édition des Césars aura Florence Foresti pour maîtresse de cérémonie. A l’issue de celle-ci, Alain Terzian, dont le mode de gouvernance a été critiqué et targué d’ "autocratie", quittera ses fonctions, la démission collective du jury des Césars ayant été annoncée le 13 février dernier. Créée en 1975 par Georges Cravenne sur le modèle des Oscars, cette cérémonie est aujourd’hui mise en cause et provoque un malaise qui date déjà de 2017, lorsqu’il avait été proposé à Roman Polanski d’en être le président. 

Je crois que les cérémonies de récompense rencontrent une audience en chute. Cette année, il y a eu une sorte de révolte du cinéma, de la profession, une révolte générale contre un système de fonctionnement opaque ; c'est une saine rébellion.            
Pascal Rogard

En 2019, à la veille de la soirée des Révélations, qui mettent en lumière une trentaine de jeunes acteurs et actrices aux côtés de leurs parrains et marraines, la Société des réalisateurs français (SRF) révélait dans un communiqué qu’Alain Terzian avait refusé Virginie Despentes comme marraine. Claire Denis, prête à "marrainer" Amadou Mbow, qui joue dans Atlantique de Mati Diop – Grand Prix à Cannes en 2019 et César du meilleur premier film -,  avait également été écartée au prétexte qu’elle n’était pas disponible.  

Des scandales qui participent au malaise global qui touche aujourd’hui l’industrie cinématographique, avec, en tête, l'affaire Weinstein -  le producteur Harvey Weinstein ayant été jugé coupable hier de deux agressions sexuelles -et l'affaire Adèle Haenel, qui accuse le réalisateur Christophe Ruggia d'"attouchements" sur sa personne quand elle était adolescente. 

Je crois qu'il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. On est dans un moment de crise. Les Césars peuvent être un moment clé, comme un moyen de réunion de la profession et du public, car le cinéma est une communauté. C'est un beau rendez-vous qu'il faut réinstaurer.            
Sandrine Brauer

En outre, le Centre National du Cinéma (CNC) a entamé un travail de concertation pour une rénovation rapide de la gouvernance des Césars, de plus en plus critiquée par la profession.

Le cinéma français est beau, il est riche, il est divers, il sort une vingtaine de films par semaine. Le moment des Césars, c’est aussi le moment de mise en lumière de certains films qui sont passés à la trappe, une photographie qui permet de rendre vivant le pacte entre le spectateur et la profession.            
Sandrine Brauer

Extraits sonores : 

  • Franck Riester (France Info, 14/02/2020)
  • "Aline" (Christophe en duo avec Philippe Katerine, Christophe etc. Vol. 2)
  • Virginie Despentes ("Femmes puissantes", France Inter, décembre 2019)
Intervenants
  • Productrice de films pour la société En compagnie des lamas et co-fondatrice du collectif « 5050 pour 2020
  • Directeur général de la SACD

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......