LE DIRECT
Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, 2009
Épisode 1 :

Thierry Frémaux : "Le confinement a dit en creux l'importance de la salle de cinéma"

29 min
À retrouver dans l'émission

Comment repenser le rôle d'un festival de cinéma à l'aune de la crise du Covid-19 ? Notre invité, Thierry Frémaux, nous éclaire sur la nature de cette édition particulière du 73ème Festival de Cannes, dont il est le délégué général. L'occasion, aussi, d'interroger les futurs défis du cinéma.

Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, 2009
Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, 2009 Crédits : LOIC VENANCE / AFP - AFP

Cette année, pas de Croisette pour les professionnels du cinéma ni de salles obscures pour les amateurs, mais une mise à l’honneur du 7e art sur les antennes de France Culture. La Grande Table, Les Chemins de la philosophie, A Voix Nue, Masterclasses... de nombreux rendez-vous d’antennes sont dédiés au cinéma et à ses grandes figures, mythiques ou émergentes dont les prestigieux lauréats des Prix France Culture cinéma des étudiants et le coup de cœur Acid-France Culture.

En partenariat avec la plateformefrance.tvet La Sélection de la Quinzaine des réalisateurs.

Thierry Frémaux est délégué général du Festival de Cannes depuis 2007 et directeur de l’Institut Lumière à Lyon. Alors que la 73ème édition du célèbre festival devait se tenir du 12 au 23 mai, l'évènement a du faire comme le reste du monde de la culture : s'adapter. 

Maintenu, puis reporté à deux reprises, le Festival de Cannes n'aura finalement pas lieu - du moins dans sa forme traditionnelle et physique. Néanmoins, le festival tend à exister de plusieurs manières : d'abord à travers une sélection de films dont la liste sera annoncée début juin et qui porteront le label Cannes 2020, ensuite à travers une édition hors les murs, un Cannes itinérant, avec des évènements dans des salles de cinéma et des collaborations avec d’autres festivals (Toronto, Deauville, New York, Busan en Corée, Lumières à Lyon…). Enfin, le maintien du Marché du Film de Cannes, qui se tiendra exceptionnellement en ligne pour l’édition 2020, à partir du 22 juin prochain.
Le Festival de Cannes n'est donc pas annulé, il est transformé.
 

On n’a pas voulu prononcer le mot  "annulation" (…) On ne voulait pas déserter. Les films continuent de nous arriver, alors on s’est dit qu’on allait faire autrement.
(Thierry Frémaux)

Thierry Frémaux nous explique que derrière les paillettes, Cannes est un moment fort pour le monde du cinéma : un moment de rencontres, de convivialité, d'opportunités, de transmission, qui permet aux différents maillons de cette industrie d'exister. 

Il faut que les auditeurs sachent que Cannes ce n’est pas simplement le tapis rouge, le glamour... C'est des gens qui travaillent, c'est les premiers jours de l'été, c'est l'occasion de se retrouver avec des amis du monde entier. C'est un espèce de village mondial, et nous n'y avons pas droit cette année.
(Thierry Frémaux)

Et puis le Festival de Cannes est aussi un témoin de son temps. Il évolue et  donne à voir, à travers sa sélection, les mutations artistiques, sociales et politiques de chaque époque. 

Ce n’est pas nous qui sommes politiques, ce sont les artistes. (...) Il y a des sujets qui sont abordés aujourd’hui qui ne l'auraient pas été il y a plusieurs années. Il y a en France, par exemple, beaucoup de films de quartier, qui sont la métaphore d’un retour à une vie moins hystérique, plus économe mais tout aussi intense sur le plan des idées.
(Thierry Frémaux)

Thierry Frémaux appelle enfin à sortir de l'opposition, qu'il juge contreproductive, entre les plateformes comme Netflix et le cinéma en salle. Ce sont pour lui deux choses différentes, et l'essentiel est donc de réfléchir à la manière de les faire cohabiter en adaptant les structures  juridiques qui les encadrent. 

Il ne s’agit plus d’opposer les films et les séries. Il s’agit de dire ce que sont les choses et dire qu'elles ne sont pas les mêmes. Je trouve que, bizarrement, le confinement a dit en creux l’importance de la salle de cinéma.
(Thierry Frémaux) 

Extraits sonores: 

  • "Johnny Bye Bye" de Bruce Springsteen (Extrait de son nouvel opus, un enregistrement inédit d’un concert au Brendan Byrne Arena datant de 1981)
  • David Lynch à propos du cinéma (Extrait du documentaire "What is cinema ?" de Chuck Workman, 2013)
Intervenants
  • Délégué général du Festival de Cannes, directeur de l'Institut Lumière de Lyon
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......