LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'autrice britannique Deborah Levy au Edinburgh International Book Festival en 2012

Deborah Levy, "je" est une autre

27 min
À retrouver dans l'émission

L'autrice britannique Deborah Levy achève son "autobiographie en mouvement" avec le troisième opus, "Etat des lieux" (Editions du sous-sol, 2021). Avec humour et acidité, elle part à la recherche d'une "maison à soi" et du personnage féminin porté disparu dans la littérature.

L'autrice britannique Deborah Levy au Edinburgh International Book Festival en 2012
L'autrice britannique Deborah Levy au Edinburgh International Book Festival en 2012 Crédits : Colin McPherson / Corbis - Getty

Avec Etat des Lieux (2021), qui fait suite à Ce que je ne veux pas savoir (2013) et Le Coût de la vie (2018), l'écrivaine britannique Deborah Levy clôt son Autobiographie en mouvement, (publiée aux Editions du sous-sol, avec la belle traduction de Céline Leroy). Ou comment écrire sa vie sans mode d'emploi. 

Ce projet de s'écrire soi depuis soi, en puisant dans sa propre expérience pour découvrir sa propre réalité, s'ouvre sur une réponse au "Pourquoi j'écris" de George Orwell. Dans Ce que je ne veux pas savoir, Deborah Levy dialogue avec ses aînés intellectuels et avec son propre passé, pour ébaucher les traits d'une quête de soi en tant que sujet et non comme objet. En même temps, une enquête littéraire est lancée autour des personnages féminins. Dans Le Coût de la vie, la quête et l'enquête se ramifient et se complexifient alors que Deborah Levy approche de la cinquantaine et décide de démanteler son foyer familial en se séparant de son mari pour "rejoindre la tempête". 

Dans le troisième volet de la trilogie, Etat des lieux, Deborah Levy approche de la soixantaine et doit faire face au départ de sa fille cadette pour l'université. C'est l'occasion pour la narratrice de continuer la quête de soi par la recherche d'une "maison à soi", afin d'interroger avec humour et acidité le sens de la féminité et de la propriété. 

Le livre explore un concept élargi de la maison. Il y a un désir littéral d’avoir une maison rêvée, il y a aussi une idée de la maison d’origine, l’Afrique du Sud où j’ai grandi. Il y a aussi cette question du patriarcat, qui est la plus grande villa au sommet de la colline. Les femmes en sont-elles locataires ? Et où est la maison de la littérature ? (Deborah Levy)

"Une femme doit avoir de l'argent et une chambre à soi si elle souhaite écrire" nous disait Virginia Woolf. Deborah Levy porte son aînée dans le XXIe par la recherche d'une "maison pour soi", comme celle que Georgia O'Keeffe s'est construite. 

Je parcours toutes les pièces de cette question de la maison. Est-ce que le foyer c’est la langue, la famille, les amis ? Qu’est-ce que ça implique réellement ? (Deborah Levy) 

Mes propriétés ce sont mes livres. Ceux dans lesquels je me suis exprimée, où j’ai laissé mon empreinte, et dont je pense avoir laissé la porte un petit peu ouverte. (Deborah Levy)

Convoquant Céline Sciamma et Louise May Alcott, Deborah Levy poursuit aussi son enquête littéraire pour retrouver le "personnage féminin porté disparu", ou comment écrire des personnages féminins complexes et réels. 

Pour une femme de ma génération, la lutte au départ c’était de devenir sujet, de ne pas toujours être décrite par d’autres, qu’on ne parle pas à votre place. En tant que femme écrivaine, c’est quelque chose que j’ai découvert tôt. Il fallait inclure notre subjectivité, notre manière de voir et la placer au centre. Trouver une manière de nous écrire nous-même. (Deborah Levy)

Entremêlant le passé et le présent, l'intime et le politique, le prosaïque et le poétique, ce petit livre recèle un condensé de riches réflexions sur la féminité et la littérature. 

Extraits sonores : 

  • Georgia O'Keeffe, extrait d'une vidéo "Why do you make your flowers so large?", Public Media Incorporated
  • "I Get a Kick Out of You", Love for Sale, Lady Gaga et Tony Bennett, Streamline

Bibliographie

couverture

Ce que je ne veux pas savoirDeborah LevyEditions du sous-sol, 2020

couverture

Le coût de la vieDeborah Levyéditions du sous-sol, 2020

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......