LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dominique Blanc au festival de Venise en 2008

Dominique Blanc, juste à temps

26 min
À retrouver dans l'émission

De la table de travail à la scène, la comédienne Dominique Blanc partage avec nous son goût pour la lecture, à l'honneur à la Comédie-Française qui renoue chaque soir avec nos veillées d'antan. Un temps de lecture à partager.

Dominique Blanc au festival de Venise en 2008
Dominique Blanc au festival de Venise en 2008 Crédits : Pool CATARINA/VANDEVILLE/Gamma-Rapho via Getty Images - Getty

Lecture silencieuse ou studieuse, lecture à haute voix ou murmure au coin du feu... la comédienne Dominique Blanc partage avec nous sa passion pour les mots.

Le goût pour le texte, Dominique Blanc le partage non seulement sur les planches mais aussi désormais depuis chez soi. En octobre, elle incarnait déjà la Marquise de Villeparisis dans la mise en scène de " Du côté de Guermantes " proposée par Christophe Honoré, l'occasion de renouer avec une oeuvre qui l'intimidait encore quand, en 2011, elle campait Madame Verdurin pour l'adaptation de la Recherche qu'en proposa Nina Companeez

Il n’y a rien de plus essentiel pour un comédien que l’auteur. Avec Proust, on a tout à coup une relation à la mémoire, au temps, aux 500 personnages, féminins avec l’humour, mais aussi masculins. Je crois que c’est un auteur qui vous tient compagnie. En 2011, j’étais encore un peu intimidée, désormais je me sens chez moi avec Proust. (Dominique Blanc)

Interrompue sur les planches, l'aventure proustienne continue. Sous l'impulsion d'Eric Ruf, la Comédie-Française s'est en effet lancée dans une entreprise fleuve, la lecture de "La recherche du temps perdu". C'est là l'une de ses initiatives pour conserver le lien avec le public, après sa Web TV lancée en avril dernier. Cette veillée littéraire s'organise dans le cadre du programme  "Comédie d'Automne ". 

La lecture de La Recherche, c'est un passage de flambeau d'un comédien à l'autre, relais de voix qui s'opère chaque soir à 19h en direct sur la chaine de la Comédie-Française et à ré-écouter en différé. Dominique Blanc prêtera sa voix au texte, aux côtés des sociétaires, de Guillaume Gallienne à Rebecca Marder, mais aussi avec Didier Sandre, Françoise Gillard ou Elise Lhomeau... 

Étrange et belle aventure qui nous engage pour plusieurs semaines, voir plusieurs années, c’est un passage de relai et une transmission dont Eric Ruf avait eu l’idée lors du premier confinement. Je trouve que c’est une initiative merveilleuse. Quand, avec Christophe Honoré, nous avions travaillé Proust, nous avions réalisé à quel point "La Recherche" était merveilleuse, mais aussi ô combien il fallait travailler le texte pour le rendre visible au théâtre. (Dominique Blanc). 

Evoquer la lecture avec Dominique Blanc, c'est aussi convoquer ces figures d'écrivaines qui lui sont chères et dont elle aime transmettre la passion à l'occasion des lectures publiques dont elle nourrit le goût. Partager une lecture avec le public, c'est prêter sa voix pour faire entendre celle de l'auteur, s'abandonner au texte. C'est aussi, en amont, un travail d'une particulière exigence, seul à sa table, car la lecture est ici le défi de restituer la mélodie des mots sans en perdre le sens, ni le public. 

J’adore les lectures, je pense que c’est un rapport de grande intimité entre l’auteur et soi. On se retrouve en amont avec le texte et rien d’autre, il faut alors le labourer, le dompter pour le donner à partager. J’aime beaucoup l’exercice, il est austère. Et, face au public, ça exige de pouvoir l’embarquer pour un certain temps. C’est un voyage. (Dominique Blanc) 

Fil rouge de ses lectures, des grandes écrivaines femmes, de Duras à Annie Ernaux, en passant par Doris Lessing... Ecrire pour être libre, c'est peut-être l'héritage qu'elles entretiennent en commun, qui les lient entre elles, mais aussi ce qui touche particulièrement Dominique Blanc la lectrice, nourrie de leurs rêves. 

Ces femmes ont en commun un rapport à la liberté. Ce sont des écritures sans effets, qui ont cherché à sortir d’une forme d’aliénation, c’est en cela qu’elles me portent et m’inspirent. Il y a chez ces femmes une expérience de la douleur et, par l’écriture, la volonté de s’affranchir, de s’agrandir, en compagnie des autres femmes aussi. (Dominique Blanc)

D'une lecture l'autre, Dominique Blanc participe également au programme "Lectures sous couvre-feu" organisé par la Villa Gillet, cycle de lectures consacré ce jour aux "outils de l'Historien". Elle prêtera sa voix au Discours de Camus du 10 décembre  lors de la remise du Prix Nobel à l'écrivain en 1957. L'occasion de nourrir notre appétit littéraire mais aussi un temps du débat autour des grandes questions des sciences sociales avec le cycle " Les idées sous couvre feu ".

Extraits sonores: 

  • Lecture d'ouverture de La Recherche par Stéphane Varupenne de la Comédie-Française 
  • Patrice Chéreau au micro de Colette Fellous, France Culture, 15 août 2009 
  • Daniel Pennac, C à vous, 7 avril 2015, France 5 
  • Marguerite Duras au micro de Robert Valette, 12 décembre 1963, France Culture 
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......