LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Eric-Emmanuel Schmitt

Eric-Emmanuel Schmitt, il était une fois la vie

28 min
À retrouver dans l'émission

"Comme si Yuval Noah Harari avait croisé Alexandre Dumas", l'écrivain aux talents de conteur entame dans ce premier tome son grand projet littéraire : raconter, sous la forme d'un roman, l'Histoire de l'humanité. Il s'est lancé dans ce projet titanesque avec son personnage-narrateur, Noam.

Eric-Emmanuel Schmitt
Eric-Emmanuel Schmitt Crédits : JOEL SAGET - AFP

Eric-Emmanuel Schmitt publie La Traversée des temps - Paradis perdus (tome 1) chez Albin Michel (février 2021). Il s’agit du premier tome de son histoire de l’humanité romanesque et épique. Un défi littéraire de taille, qui l'occupe depuis près de trente ans : raconter 8 000 ans d’Histoire en quelque 5 000 pages

J'ai été traversé par cette idée d'un homme immortel qui nous raconterait les grandes mutations. Tout de suite, je l'ai imaginé médecin : il cherche le secret de la vie pour les autres et le secret de la mort pour lui. Il m'a fallu 25 ans pour apprivoiser cette idée, pour m'en rendre capable romanesquement. Ce qui compte, c'est de garder le sens des personnages. (Eric-Emmanuel Schmitt)

Ce qu'on appelle l'Histoire a changé. (...) Aujourd'hui, je parle d'une histoire des grands mouvements de la société, les mouvements lents. (Eric-Emmanuel Schmitt)

Il y a un rapport à la nature chez nos ancêtres qui me fascine. L'homme ne se pensait pas une espèce distincte ou supérieure des autres êtres vivants. Il se pensait comme un hôte parmi les autres hôtes de la nature. Il y a une humilité dans ce rapport au monde qui est sans doute une forme de bonheur. (Eric-Emmanuel Schmitt)

Cette histoire narre les aventures de Noam, un personnage qui renaît à chaque époque. Arrivé dans notre monde contemporain, à Beyrouth, il est frappé par la catastrophe climatique et la sensation d'un monde qui arrive à sa fin. L'occasion d'évoquer une de ses vies antérieures où un grand déluge marqua aussi la fin d'une époque et le renouveau... Il décide de prendre la plume et nous raconter ses histoires dans l’Histoire de l’humanité.

L'histoire de la fin du monde est une histoire sans fin. (Eric-Emmanuel Schmitt)

C'était plus facile pour un romancier que pour un historien de vivre il y a 8000 ans. Mon héros parle à partir d'un corps, il est un fils, un amoureux... J'ai découvert que je me sentais bien dans cette période du Néolithique ! (Eric-Emmanuel Schmitt)

Ce personnage est comme un témoin, et parfois un acteur important de notre humanité. Il offre un regard surplombant sur notre Histoire, notant les différences qui marquent les époques, mais aussi les constances de notre humanité. Il observe notre présent avec une distance, une sagesse : combien de fois a-t-il entendu parler de la fin du monde dans les siècles passés.

Eric-Emmanuel Schmitt conjugue un savoir encyclopédique et une grande plume romanesque dans ce premier tome d'un grand cycle. Connaissances scientifiques, médicales, religieuses et philosophiques se mêlent à des personnages en chair et en os, pour nous raconter différents moments de notre histoire : la sédentarisation, le passage des villages à la ville, l’invention de l’écriture et de multiples techniques, le déploiement de divers arts et civilisations… Erudition et romanesque ne vont pas sans humour, avec de multiples clins-d ’œil, comme lorsqu'il croise à travers les époques Diderot, Rousseau, Melville ou encore Einstein.

Extraits sonores :

  • Claude Schopp, France Culture, 2002
  • Irving Finkel, Arte "28 minutes", 2016
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......