LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Fabrice Luchini reprend deux spectacles au Théâtre des Bouffes Parisiens : « Conversation autour des portraits et autoportraits » (créé en 2019) et « Des écrivains parlent d'argent » (créé en 2017)

Fabrice Luchini : "Il n'y a pas d'acteur sans voix"

26 min
À retrouver dans l'émission

Fabrice Luchini livre un plaidoyer pour la culture en temps de crise à l'aide de la littérature, de Péguy à Camus. Il reprend deux spectacles au Théâtre des Bouffes Parisiens : « Conversation autour des portraits et autoportraits » (créé en 2019) et « Des écrivains parlent d'argent » (créé en 2017).

Fabrice Luchini reprend deux spectacles au Théâtre des Bouffes Parisiens : « Conversation autour des portraits et autoportraits » (créé en 2019) et « Des écrivains parlent d'argent » (créé en 2017)
Fabrice Luchini reprend deux spectacles au Théâtre des Bouffes Parisiens : « Conversation autour des portraits et autoportraits » (créé en 2019) et « Des écrivains parlent d'argent » (créé en 2017) Crédits : Libre de droits

Fabrice Luchini converse avec les morts pour éclairer les vivants dans deux spectacles qu’il reprend jusqu'au 25 janvier 2021 au Théâtre des Bouffes Parisiens : « Conversation autour des portraits et autoportraits » (créé en 2019) et « Des écrivains parlent d'argent » (créé en 2017). Un plaidoyer vibrant pour la culture en temps de crise, le spectacle vivant sous couvre-feu, la transmission des savoirs des bancs de l’école aux scènes de théâtre…  Un appel à respecter nos Maîtres et à résister par le partage et les Savoirs.

Il n'y a pas d'acteur s'il n'y a pas d'écoute, c'est la phrase sublime de Jouvet : "qu'est-ce qu'un comédien? Tu parles je t'écoute, tu m'écoutes et tu me réponds..." (...) Il n'y a pas d'acteur qui s'isole, pas d'acteur qui ne partage pas, qui reste en volonté de domination.                  
(Fabrice Luchini)

Au menu, Marx, Zola, Peguy, la crise des subprimes,… Car en lecteur infatigable et depuis plus de 35 ans, Fabrice Luchini sert la littérature française avec verve et enthousiasme. Transparaît également sa passion pour les portraitistes, de Jean Cau à Paul Morand, en passant par Saint-Simon, Léon Daudet, ou encore Jules Renard.

J'aime le théâtre comique car ça exige aussi un sens du tempo : une phrase drôle, dès qu'elle est intentionnelle et volontaire intellectuellement, rate son effet.                
(Fabrice Luchini)

Nommé onze fois dans cette catégorie, Fabrice Luchini a remporté le César du Meilleur acteur dans un second rôle en 1994 pour le film Tout ça... pour ça ! de Claude Lelouch. "La plus grande des récompenses, pour un acteur, c'est d'avoir le privilège de pratiquer ce métier", avait-il déclaré lors de son discours de remerciements.

Ça n'existe pas les mots : Céline est la preuve dans le Voyage au bout de la nuit que c'est (d'abord) l'agencement, des mots très simples mais agencés.              
(Fabrice Luchini)

Il n'y a pas d'acteur sans voix :  trouver le médium, savoir trouver des ruptures, des hauteurs, des douceurs... Le grain de la voix dont parlait Barthes est très important.              
(Fabrice Luchini)

Extraits sonores:

  • Anaïs Demoustier (France Culture, La Grande table, 24/09/19)
  • Renaud Capuçon (France Musique, 15/10/20)
  • Jean Genet (Extrait d'un entretien avec Bertrand Poirot-Delpech réalisé et filmé le 25 janvier 1982)
  • Jean Cau (Ah vous écrivez, 1976)
  • "L'autre rive" (Facteurs Chevaux, Chante nuit, Label / La Grange Aux Belles
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......