LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Les Mille et une nuits" au Théâtre de l'Odéon

Guillaume Vincent, conteur infini

26 min
À retrouver dans l'émission

Schéhérazade, après Andersen et Marivaux : le metteur en scène Guillaume Vincent est notre invité pour son adaptation des "Mille et une nuits" au Théâtre de l'Odéon (du 8 novembre au 8 décembre 2019).

"Les Mille et une nuits" au Théâtre de l'Odéon
"Les Mille et une nuits" au Théâtre de l'Odéon Crédits : Elizabeth Carecchio

Pour Guillaume Vincent, le titre des Mille et Une Nuits "invite à l'infini". De cette grande traversée des contes de Shéhérazade, il en a retenu une douzaine, que sa compagnie MidiMinuit interprète sur la scène du Théâtre de l'Odéon du 8 novembre au 8 décembre. Au service de la pièce : la langue fantasque, renouvelée, du traducteur Joseph-Charles Mardrus qu'a choisi le metteur en scène. Son spectacle tient du film d'horreur en ce qu'il nous place face à la cruauté extrême du tyran, et renvoie le spectateur à son enfance, un âge où nous aimons la peur tout en nous en sentant protégés.

La gageure pour cet homme de théâtre était de dépasser les lectures orientalistes qui ont prévalu au XIX° siècle, et qui faisaient des Mille et Une Nuits un prétexte à la virtuosité scénographique, entre personnages qui flottent dans les airs et mutilations réalistes. Cela passait également par une réappropriation de la figure de Shéhérazade, dans laquelle Guillaume Vincent discerne une image universelle. 

Il y a peut-être effectivement chez Shéhérazade un double auquel on peut s'identifier [...]. Les gens qui sont seuls, qui n'ont pas d'oreille, ils sont peu de chose.            
(Guillaume Vincent)

Autre référence centrale pour l'adaptation : le théâtre de Marivaux, dont Guillaume Vincent est familier. Ainsi a-t-il choisi de clore ses Mille et Une Nuits sur une scène ouverte, où une femme se fait passer pour un roi, dans un travestissement qui évoque La Fausse Suivante. Une foule d'autres références émaillent encore l'adaptation du metteur en scène, notamment la chanteuse de légende Oum Khaltoum.

C'est vrai que le début des Mille et une Nuits est : "Que les légendes des Anciens soient une leçon pour les Modernes..." - sous un patronage un peu moral, alors que ces contes justement échappent bien souvent à toute morale, contrairement aux contes occidentaux, et plus particulièrement aux contes français.          
(Guillaume Vincent)

Extraits sonores : 

  • Extraits des "Mille et une nuits" mis en scène par Guillaume Vincent
  • "Leil", Aziza Brahim (Sahari, Glitterbeat)
  • Jean-Luc Godard au sujet de l'islam
  • Raymond Depardon au sujet de Marcel Privat
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......