LE DIRECT
Julia Kerninon en 2016, lauréate du Prix de La Closerie des Lilas 2016 pour son livre "Le Dernier Amour d'Atilla Kiss"

Julia Kerninon, une chambre à soi

27 min
À retrouver dans l'émission

Julia Kerninon est à la fois chercheuse et écrivaine. Son essai "Le chaos ne produit pas de chefs-d'oeuvre" (PUF, 2021) porte sur la création de la figure de l'écrivain. Comment se situe-t-elle alors en tant qu'autrice? Son dernier roman, "Liv Maria", a reçu le prix Summer du festival de Bron.

Julia Kerninon en 2016, lauréate du Prix de La Closerie des Lilas 2016 pour son livre "Le Dernier Amour d'Atilla Kiss"
Julia Kerninon en 2016, lauréate du Prix de La Closerie des Lilas 2016 pour son livre "Le Dernier Amour d'Atilla Kiss" Crédits : Foc Kan/WireImage - Getty

C'est en voulant devenir écrivain que Julia Kerninon a commencé à faire de la recherche en littérature américaine. Sa double posture fait d'elle une romancière consciente des enjeux de la construction de soi. Elle a étudié celle d'autres auteurs en même temps qu'elle a publié ses premiers romans. Un travail littéraire récompensé de multiples prix, qui avait commencé par Buvard (2013, éditions du Rouergue), jusqu'à Liv Maria (éditions de L'Iconoclaste, 2020). 

Dans Le chaos ne produit pas de chefs-d'oeuvre (PUF, 2021), Julia Kerninon fait le constat que l'image de chaque écrivain est une légende. Sa figure est co-construite par l'auteur et les journalistes. Un constat issu de sa recherche autour du travail de l'écrivain à travers les articles de The Paris Review. Pour sa thèse, elle a notamment travaillé sur les figures de Faulkner, Steinbeck et Hemingway. Trois légendes de la littérature qui ont construit leur image au fil de leur vie, avec des décalages plus ou moins importants par rapport à la réalité de leur vécu. 

L'imagerie romantique fait une figure de l’écrivain qui est presque toujours un homme, passionné, prêt à tout pour écrire, instable, quelqu’un qui, parce qu’il pratique la fiction, n’est pas capable de se comporter comme un être humain normal : il y a cette idée de la folie du créateur. (Julia Kerninon)

William Faulkner, par exemple, clamait toujours qu'il était un paysan et pas un homme de lettres. Une posture qui lui a permis, venant du sud des Etats-Unis, de prévenir les propos méprisants à son égard et de créer en même temps une fascination encore plus grande à chacune de ses réussites littéraires, jusqu'à l'obtention du prix Nobel de littérature. 

Cet essai naît de mon travail de doctorat; à 24 ans je ne savais pas que j’allais arriver là. Quand je lisais la phrase de Faulkner, je la prenais au premier degré. Je me suis faite avoir par cette image de Faulkner sur son cheval dans le Mississippi. (Julia Kerninon)

Comment se conçoit-on en tant qu'auteur lorsque l'on fait également un travail de recherche sur la façon dont les écrivains parlent d'eux-mêmes ? C'est dans la suite de ces grandes légendes littéraires que Julia Kerninon s'inscrit. La réflexion autour de ce qu'est le travail de l'écrivain est présent dans d'autres de ses écrits, comme Une activité respectable (2017, Editions du Rouergue). 

J’ai commencé à écrire quand j’avais 5 ans, donc je ne les connaissais pas. Travailler sur eux, ça m’a appris à organiser une vie dans laquelle l’écriture est possible. Je cherchais de la méthode : combien d’heures par jour il fallait travailler, fallait-il fréquenter d’autres écrivains, fallait-il lire beaucoup de livres ? (Julia Kerninon) 

On peut quasiment dire tout et son contraire sur le travail littéraire, et tout cela est vrai. Parce que cette activité est tellement complexe, tout est utile selon les différents moments. (Julia Kerninon)

Extraits sonores : 

  • William Faulkner
  • Ernest Hemingway 

Bibliographie

Liv Maria

Liv MariaJulia KerninonEditions de l'Iconoclaste, 2020

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......