LE DIRECT
Peter Handke durant l'entretien.

Peter Handke 1/2, l’écriture, cette inconnue

26 min
À retrouver dans l'émission

Peter Handke, prix Nobel de littérature 2019, est une parole rare dans les médias. Il nous a fait l’honneur d’accepter un long entretien à son domicile en région parisienne. Cette première partie est l’occasion de revenir avec lui sur le théâtre, l'acte de création et le métier d’écrivain.

Peter Handke durant l'entretien.
Peter Handke durant l'entretien. Crédits : Radio France

Peter Handke est une langue particulière et une parole rare, un monstre littéraire, l’un des auteurs de langue allemande les plus lus et les plus joués dans le monde. Il est un écrivain multiforme et prolixe à l’origine de plus de quatre-vingt œuvres : une quarantaine de romans, une quinzaine de pièces de théâtre, autant d’essais et de recueils. Dramaturge, réalisateur, scénariste, poète, il est aussi traducteur d’Eschyle, de Sophocle, de Shakespeare, de René Char ou encore de Francis Ponge

Je suis devenu écrivain. On ne naît pas écrivain. C’est devenu mon métier.  (Peter Handke)

Ce n’est pas normal d’écrire.  (Peter Handke)

La pièce de Peter Handke Les Innocents, Moi et l'Inconnue au bord de la route départementale vient d’être mise en scène par Alain Françon au Théâtre de La Colline (du 3 au 29 mars). Après être revenu sur cette pièce, le dramaturge autrichien de 77 ans élargit l'entretien en abordant son rapport au théâtre et à la mise en scène.  

J’ai toujours souhaité des metteurs en scène qui ne jouent pas la fidélité mais qui prennent en main la pièce.  (Peter Handke)

L’écrivain de _Lent retour (_Gallimard, 1982), Le Poids du monde (Gallimard, 1980) ou encore de La Nuit morave (Gallimard, 2011) réinvente à travers ses récits la perception que nous avons sur les objets anodins. Pour lui, un détail est signifiant et peut être à l'origine d'une histoire. Chacun de ses livres et pièces de théâtre sont un moyen pour lui d’approfondir, de prolonger et de préciser l'exploration de lieux et de thèmes récurrents : la marche, le voyage et l'immobilité, le lieu, le lyrisme, le regard, la perception du présent, le rêve, l’apparente banalité du monde qui nous entoure, l'enfance ou encore le silence…

J’aime bien me sentir un peu hors-la loi, c’est ça mon pays.  (Peter Handke)

Peter Handke clôt cette première partie en revenant sur son métier d’écrivain, sur l'acte d'écriture, sur l’influence du temps, de la vieillesse dans l’acte créateur. 

Quand j’étais jeune j’écrivais tôt, vers huit heure du matin, j’avais une endurance, mais maintenant je suis un peu comme un enfant brûlé par l’écriture, et j’ai presque peur. Il y a une distance. J’attends parfois jusqu’à l’après-midi pour me mettre à la table car un moment il faut s’y mettre. (Peter Handke)

Extrait sonore: 

  • Alain Françon, Studio Théâtre (France Inter, 13/03/2015)
  • Georges-Arthur Goldschmidt (France Culture, A voix nue, 04/04/2003)
  • Jeanne Moreau (Apostrophes, France 2, 04/12/1987)
  • Extrait du film Les Ailes du désir de Wim Wenders (2010)
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......