LE DIRECT
Ariane Ascaride assiste à "Possessions" : Photocall au Festival Fiction De La Rochelle aux Folies Bergères le 16 Septembre 2020 à Paris, France.

Ariane Ascaride, du "jeu" au "je"

27 min
À retrouver dans l'émission

La comédienne vient nous parler de "Bonjour Pa', lettres écrites au fantôme de mon père" (Seuil, 2021). Le confinement lui a permis de recréer un lien avec ses racines. Entre l'Italie et Montreuil, mais également au creux des vagues de Marseille qui ont vu naître sa vocation d'actrice.

Ariane Ascaride assiste à "Possessions" : Photocall au Festival Fiction De La Rochelle aux Folies Bergères le 16 Septembre 2020 à Paris, France.
Ariane Ascaride assiste à "Possessions" : Photocall au Festival Fiction De La Rochelle aux Folies Bergères le 16 Septembre 2020 à Paris, France. Crédits : Stephane Cardinale - Corbis - Getty

Le père et la mère, la terre et la mer. Tels sont les points d'ancrage d'Ariane Ascaride lorsqu'elle écrit Bonjour Pa' (Seuil, 2021). Elle se raconte dans les théâtres de sa vie, de la scène à la méditerranée. 

« J’avais envie de m’adresser à quelqu’un qui n’était pas témoin de ce que nous étions en train de vivre. » (Ariane Ascaride)

Ariane Ascaride a connu le théâtre grâce à son père qui le pratiquait en amateur. C'est lui qu'elle a choisi comme destinataire de ses paroles de confinement. Des lettres tendres et profondes qui témoignent de moments d'anxiété mais aussi de parenthèses aériennes et du retour nécessaire à l'essentiel pendant ce temps suspendu. 

« Il m’a transmis cette possibilité d’inventer, de raconter des histoires et ce courage même si ce n’était pas toujours facile pour lui. » (Ariane Ascaride)

Face à ses racines, Ariane Ascaride se montre dans une posture de recherche et de réflexion introspective. Elle a renoué avec ses origines italiennes alors que ce père a toujours refusé de lui apprendre à parler sa propre langue. 

« Mon père a énormément souffert quand il sortait de la Little Italy de Marseille. Il a absolument voulu être reconnu comme français, de manière obsessionnelle mais son italianité lui sortait par la peau. » (Ariane Ascaride)

Les racines, c'est aussi Marseille et la mer Méditerranée : lieux d'émergence de considérations sociales, ils sont toujours au cœur des préoccupations de l'actrice. Qu'il s'agisse de ses films, de ses souvenirs ou de ses engagements, la comédienne y intègre avec sagesse et ferveur sa vision politique du monde. 

« C’est une mer que l’on croit calme alors qu’on y laisse des gens mourir sur des bateaux qui sont des écorces d’orange. » (Ariane Ascaride)

Bonjour Pa' est aussi l'occasion de s'interroger sur la famille, les générations qui se succèdent. Le temps qui passe se perçoit à la fois dans son parcours personnel, en reconnectant avec ses racines et en voyant grandir ses filles. Mais il se sent également au cinéma avec l'équipe qu'elle a constituée avec Robert Guédiguian, compagnon derrière la caméra comme à la ville, à travers l'ensemble de leur œuvre commune démarrée il y a tout juste 40 ans dans le film Dernier Eté (1980)

« Vieillir devant la caméra, c’est un privilège pour une femme actrice parce que bien souvent les femmes qui vieillissent n’existent pas au cinéma. » (Ariane Ascaride)

Ariane Ascaride s'exprime sur un nouveau support, puisqu'elle parlait jusqu'alors dans le cinéma et le théâtre afin de donner la parole à celles que l'on entend jamais.

Extraits sonores : 

  • Camélia Jordana, "Silence" et "SOS Méditerranée", album Facile, sortie le 29 janvier 2021 (Play Two)
  • Extrait de Gloria Mundi, Robert Guédiguian (2019) - Altercation du fond de grève avec le représentant syndical Jackie, joué par Dioucounda Koma

Bibliographie

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......