LE DIRECT
Portrait du musicien Michel Magne, avec sa femme Marie-Claude, chez eux, en novembre 1977 à Paris, France.

La légende musicale du château d'Hérouville

27 min
À retrouver dans l'émission

Yann Le Quellec co-signe avec Romain Ronzeau "Les Amants d'Hérouville" (Delcourt / Mirages, 2021), un roman graphique qui raconte l'histoire vraie de la vie rocambolesque de Michel Magne, compositeur, artiste plasticien et fondateurs des célèbres studio du Château d'Hérouville.

Portrait du musicien Michel Magne, avec sa femme Marie-Claude, chez eux, en novembre 1977 à Paris, France.
Portrait du musicien Michel Magne, avec sa femme Marie-Claude, chez eux, en novembre 1977 à Paris, France. Crédits : Sophia Morizet - Getty

Lorsqu'il tombe sur un article de 1971 décrivant un concert donné par les Grateful Dead dans le château de Michel Magne au beau milieu du petit village d'Hérouville dans le Vexin français, Yann Le Quellec ne s'attend pas à dérouler une histoire aussi trépidante que celle du compositeur Michel Magne qu'il nous raconte, avec le dessinateur Romain Ronzeau (et la participation de Thomas Cadène),  dans Les Amants d'Hérouville (Delcourt / Mirages, 2021). L'artiste haut en couleur qui a inventé le premier studio résidentiel et fait venir Elton John, Iggy Pop, et David Bowie en rase campagne française demeure une légende de la musique et du cinéma

La carrière de Michel Magne, compositeur d'avant-garde pendant les Trente Glorieuses, est d'abord marquée par un esprit de provocation: lors d'un concert en 1952 à la salle Gaveau, à Paris, il lance des infrasons tellement forts que les spectateurs sont pris de coliques, sans avoir oublié, auparavant, de bloquer les issus menant aux toilettes. 

De cette vie d'acrobaties et de farces, Michel se tourne vers la composition de musique de films: il travaille d'arrache-pied et compose, entre autres, la musique d'Un singe en hiver, de la série des Angélique, Marquise des Anges, des Tontons flingueurs, des Barbouzes, de Fantômas, sans oublier la musiques des premiers films de Jean Yanne, Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, Moi y'en a vouloir des sous, Les Chinois à Paris

Sa démarche très libre, et qui fait exploser les barrières, a fait descendance au moins autant que son talent de compositeur, qui est certain. (Yann Le Quellec)

Au sommet de sa carrière de compositeur, Magne achète un château en ruines au milieu du Vexin français, qu'il fait rénover à grands frais et où il décide de construire un studio, d'abord, pour lui, puis pour d'autres artistes. Mais, en mai 1969, un incendie frappe le château et détruit toute les bandes magnétiques recelant l'œuvre du compositeur. Qu'à cela ne tienne: il va tout reconstruire en plus beau, plus grand, et faire renaître le château de ses cendres. C'est à cette époque qu'il rencontre sa muse, la très jeune Marie-Claude, qu'il épousera très vite.

Michel Magne fait revivre les fantômes de Chopin et de George Sand dans le château qui a abrité leurs amours interdits. (Yann Le Quellec)

Le château, non seulement renaît de ses cendres, mais devient aussi le lieu où enregistrent les plus grands artistes du monde entier à une époque où n'existent pas les studios résidentiels. (Yann Le Quellec)

A force de travail, Magne parvient non seulement à reconstruire le château, mais aussi à faire des studios d'Hérouville un endroit incontournable des mondes du rock et de la pop. Les studios connaissent leur apogée lors d'un concert-orgie des Grateful Dead au château qui a rassemblé les villageois, les pompiers, les paysans et les stars californiennes. Mais les dettes s'accumulent et une série de mauvaises décisions fait perdre à Magne le château et les studios. Il s'exile dans le Sud, revient à Paris, mais ne retrouve jamais la force de se battre: en 1984, prétendant partir en vacances pour se reposer, il se suicide dans une chambre du Novotel de Cergy-Pontoise, non sans avoir composé sa dernière grande musique, destinée au film Les Misérables de son ami Robert Hossein, et écrite pour ses propres funérailles

Les studios d'Hérouville sont une utopie: c'est un endroit où les paysans du village rencontraient les artistes. Le château brassait plein de publics différents. Magne voulait ces rencontres, dont le meilleur exemple est le concert de Grateful Dead .(Yann Le Quellec)

Extraits sonores

  • Michel Magne parle de l'incendie du château d'Hérouville sur Radioscopie en 1970
  • Serge Moreau, Cuisinier au château d'Hérouville entre 1970 et 1973 dans Une histoire particulière (France Culture, 2019)
  • "Crocodile Rock" Elton John sur Don't Shoot Me I'm Only the Piano Player (EMI, 1973)
  • Patrice Blanc-Francard raconte le concert The Grateful Dead au château d'Hérouville
  • Extrait du concert de The Grateful Dead au château d'Hérouville
  • Extrait de la bande sonore de Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (Jean Yanne, Michel Magne, Universal)
  • Extrait de la bande sonore de Un singe en hiver (Michel Magne, Henri Verneuil, Universal)
  • "Mémoire d'un trou" de Michel Magne, extrait de Musique Tachiste (réédition Cacophonic 2013)
  • "Stayin' Alive" des Bee Gees extrait de Saturday Night Fever: The Original Movie Sound Track (RSO,Reprise, 1977)
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......