LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Claudie Hunzinger en 2012

La part sauvage de Claudie Hunzinger

27 min
À retrouver dans l'émission

Claudie Hunzinger est lauréate du Prix Décembre pour son dernier roman, "Les grands cerfs" (Grasset, 2019), "le roman de notre époque", où elle fait résonner ce qu'elle nomme "la bigarrure du monde".

Claudie Hunzinger en 2012
Claudie Hunzinger en 2012 Crédits : Françoise Saur

Dès Bambois, en 1976, Claudie Hunzinger dissèque la relation sensorielle qui l'unit au monde, depuis sa "cachette" dans les Vosges. Elle y vit depuis plus de cinquante ans, dans une ferme qu'elle nomme les Hautes-Huttes dans son dernier roman : Les Grands cerfs (Grasset, 2019). Il lui a valu le Prix Décembre, et se déploie comme un roman d'amour, de deuil, et comme un singulier exemple de _nature writing_. Pour la narratrice, Pamina, tout part d'une clé donnée par un photographe animalier du nom de Léo. L'attrait à la Barbe Bleue qu'exerce sur elle cette clé ouvre un affût disposé près de sa ferme. Là, elle peut guetter le clan de cerfs qui partagent leur territoire avec elle.

Je suis passée par différents états dans ces moments d'affût. Et, tout à coup, la beauté est là ; je suis passée par un premier sentiment qui était presque négatif, un sentiment d'effroi.          
(Claudie Hunzinger)

Reprenant la distinction de l'anthropologue Philippe Descola entre humain et non-humain, Claudie Hunzinger affirme qu'elle se trouve à la lisière de ces deux catégories du vivant : parfois, "incommensurablement" du côté des bêtes ; d'autres fois, rejetée par elles. 

Quand, à l'approche d'un pick-up, elle se jette au bas d'un talus, elle dit : "moi qui aimerais tant rejoindre le bord des non-humains, je sème l'effroi, et je suis renvoyée a mon genre humain". De cette posture intermédiaire, celle qui aime à se définir comme "auteresse" retient l'amour pour les cerfs et leurs métamorphoses constantes. Elle observe, deux mois par an, leurs combats qui ressemblent à ceux de l'Iliade.

"Pourquoi un cerf peut-il faire fondre en larmes un monsieur en pardessus ?", s'interroge Claudie Hunzinger en évoquant des rencontres avec ses lecteurs. Cette magie incommensurable de leur espèce, elle l'attribue notamment à leur ramure, connexion directe avec la Préhistoire dont descendent les cerfs.

Mon problème le plus difficile, c'est d'arriver à parler de la catastrophe du monde et de la noirceur qui se prépare, que nous avons engendrée, nous, l'espèce humaine, tout en parlant de la joie qui fait l'essence même de ma vie.        
(Claudie Hunzinger)

Extraits sonores : 

  • Le brame du cerf dans la forêt de Tronçais
  • Vincent Munier, photographe animalier
  • "Le rappel des oiseaux", Rameau (Versailles, Alexandre Tharaud, Erato, 2019)
  • Philippe Descola, "La nature est une invention de l'Occident" (Collège de France, 2017)

Bibliographie

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......