LE DIRECT
Lorenzo Mattotti lors de la projection de "La Fameuse Invasion Des Ours En Sicile" pendant le 72ème Festival de Cannes, le 21 mai 2019.

Les métamorphoses de Lorenzo Mattotti

27 min
À retrouver dans l'émission

Le dessinateur Lorenzo Mattotti, qui ne cesse de se renouveler, publie "Rites, rivières, montagnes et châteaux" (Actes Sud BD), des dessins à la fois oniriques et inquiétants issus de ses carnets de recherche graphique.

Lorenzo Mattotti lors de la projection de "La Fameuse Invasion Des Ours En Sicile" pendant le 72ème Festival de Cannes, le 21 mai 2019.
Lorenzo Mattotti lors de la projection de "La Fameuse Invasion Des Ours En Sicile" pendant le 72ème Festival de Cannes, le 21 mai 2019. Crédits : Stephane Cardinale - Corbis - Getty

En parallèle de sa grande carrière dans la bande-dessinée, Lorenzo Mattotti n'a eu de cesse de chercher à se renouveler. Cinéma, film d'animation, affiches et dessins de presse, il a touché à tous les supports. Sa recherche la plus personnelle réside cependant dans ses carnets qu'il nomme les "lignes fragiles". Il y dessine tous les jours depuis une quarantaine d'années et n'en a montré une partie qu'à partir de 1999 (Ligne Fragile). Après son film d'animation La Fameuse Invasion des ours en Sicile (2019), adapté de Dino Buzzati et pour lequel nous le recevions en 2019, Lorenzo Mattotti s'est lancé dans un approfondissement de la recherche graphique, notamment dans le travail de la couleur. C'est le résultat de cette obstination du renouveau qui paraît dans le très beau livre Rites, rivières, montagnes et châteaux (Actes Sud BD). 

Mon obsession est un mot difficile. Ce sont plutôt des sujets, des thèmes présents périodiquement. D'abord, c'est sûrement la relation homme-femme, la relation fragile, et l'homme et la femme avec leurs rituels secrets et leurs relations conflictuelles. Comment un homme et une femme arrivent à créer...? Une autre obsession est l'amour pour le paysage, la nature et la contemplation. (Lorenzo Mattotti) 

Depuis les années 70, je suis toujours avec une plume sur la feuille, à dessiner sans savoir ce qu'il va se passer. C'est aussi avec cette ligne qui commence à bouger et à créer des formes. (Lorenzo Mattotti)

Ce ne sont pas des brouillons : chaque dessin est une étape, une variation, comme dans la musique. Je fais un dessin et une autre idée arrive, je tourne la page et j'en fais une autre. Par un détail, je commence et ça devient autre chose. (Lorenzo Mattotti) 

Savoir dessiner, c'est avoir la sensation de contrôler ce que l'on est en train de faire : c'est avoir dans les mains le métier de savoir s'exprimer. Aujourd'hui, je l'ai, mais je cherche toujours comment mettre le savoir en discussion, puisqu'autrement ça mène à la facilité, au maniérisme. Le dessin ne ment pas. On voit tout de suite quand quelqu'un bluff, fait de la fiction : je continue à avoir mes problèmes et mon dessin doit parler de ça. (Lorenzo Mattotti) 

Pour aller plus loin, vous pouvez réécouter le rendez-vous cannois entre Lorenzo Mattotti et La Grande table culture du 21/05/2019.

Extraits sonores : 

  • Francis Bacon - A voix nue, au micro de Georges Charbonnier sur France Culture le 1er janvier 1975
  • Jean Claude Floc’h - Extrait du Réveil culturel au micro de Tewfik Hakem sur France Culture le 13 octobre 2020 
  • Andante de la Sonate n° 15 « Pastorale », de Beethoven par Chilly Gonzales 
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......