LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Thérapie de groupe, 1. L'étoile qui danse", Dargaud

Manu Larcenet en thérapie

27 min
À retrouver dans l'émission

Un génie de la bande dessinée peut-il éprouver l'angoisse de la case blanche ? Manu Larcenet est en crise dans "Thérapie de groupe" à paraître le 10 janvier (Dargaud).

"Thérapie de groupe, 1. L'étoile qui danse", Dargaud
"Thérapie de groupe, 1. L'étoile qui danse", Dargaud Crédits : Manu Larcenet

Album réalisé entièrement en numérique sur une tablette graphique, le tome 1 de Thérapie de groupe (Dargaud, 2020) est une mise en abyme désopilante du processus créatif et de l’angoisse de la case blanche, procédé cher à Manu Larcenet, comme avec le « Larssinet » de son Retour à la terre, dont le sixième tome a paru en mars dernier. Le titre « L’étoile qui danse », emprunté à Nietzsche, est exemplaire du jeu avec le sérieux et du détournement permanent qu’instaure l’auteur. 

Des fois, ça part d'envies graphiques, d'envies conceptuelles, d'envies de mots ou d'écriture [...]. J'ai juste essayé de faire un truc à la hauteur de ma psyché, donc plutôt chaotique, plutôt déséquilibré...    
(Manu Larcenet)

Je suis en constante auto-analyse, c'est vraiment passionnant, parfois c'est épuisant.    
(Manu Larcenet)

Son personnage bipolaire, Manu Larcenet (Jean-Eudes de Cageot-Goujon de son vrai nom) est en quête d’idées pour une bédé, l’occasion de relever cette gageure : réaliser une bédé fondée sur des idées nulles et des gags ratés ! L’auteur met aussi en scène ses propres procédés ludiques (notamment le personnage comme projection de l’auteur). Il n'hésite pas à représenter sa propre critique à travers une famille pas piquée des hannetons. Quant au système de ses références, il passe par une relecture très personnelle de l’histoire de l’art, de l’invention du gag par le peintre rupestre préhistorique à l’impénétrable gag de Dieu à la Renaissance. Ses mentors traversent la page de façon impromptue : Cézanne vient en personne s’indigner de l’absurdité qu’est la BD, Leonard dispense ses conseils ironiques. Enfin, les clins d’oeil abondent à d'autres genres de la bande dessinée : Snoopy, Naruto, et autres parodies de BD conceptuelle. 

J'ai fait plein de lycées et d'études d'art, donc j'ai vu beaucoup d'histoire de l'art, c'est un domaine qui m'a toujours passionné ; et l'enchaînement des périodes dans l'art, c'est un peu comme l'enchaînement des périodes dans l'histoire [...]. On pourrait même raconter l'histoire du monde à travers l'histoire de l'art, j'aime bien faire partie de cette lignée.    
(Manu Larcenet)

Il s’éloigne de ce qu’il nomme ses marottes : le paysage, les oiseaux (qui abondent depuis Le Retour à la terre) pour mettre en scène une crise de la création constituée de divers essais ratés (le Boucher de Bourg-la-Reine, Le Dernier Dépressif…) qui problématisent en dernier lieu la différence psychique, le héros vidant régulièrement l’armoire à pharmacie. Larcenet s’illustre enfin par ce qu’il nomme son amour du contraste : à l’échelle de la succession des cases, mais aussi à celle de toute son œuvre : Thérapie de groupe représente en effet un univers nouveau face aux noirs profonds du Rapport de Brodeck, à la fantaisie autobiographique du Retour à la Terre, ou encore à l’anxiogène somme de Blast.

Extraits sonores : 

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......