LE DIRECT
Marie NDiaye à la finale du Man Booker Prize à Londres en 2013

Marie NDiaye : de Berlin à Royan, la ville est sa scène

28 min
À retrouver dans l'émission

Douze ans après avoir reçu le prix Goncourt pour "Trois Femmes puissantes" (Gallimard, 2009), l'écrivaine Marie NDiaye publie un nouveau roman, "La Vengeance m'appartient" (Gallimard), et deux de ses pièces mises en scène : "Berlin mon garçon" et "Royan. La professeure de français".

Marie NDiaye à la finale du Man Booker Prize à Londres en 2013
Marie NDiaye à la finale du Man Booker Prize à Londres en 2013 Crédits : Will Oliver - AFP

En 2019, l'acteur et metteur en scène Stanislas Nordey demande à l'écrivaine Marie NDiaye de lui écrire une pièce. Il lui donne comme point de départ un simple mot : "terrorisme". Marie NDiaye écrit alors Berlin mon amour, publiée dans le recueil Trois Pièces (Gallimard, 2019), et enfin mise en scène, du 16 au 27 juin, au théâtre de l'Odéon.  

J'ai été en quelque sorte prise à mon propre piège : par provocation et sans penser que cela aurait beaucoup d'importance, j'ai demandé à Stanislas [Nordey], de me donner une piste d'écriture. Lorsqu'il m'a lancé ce mot, je me suis dit que j'aurais mieux fait de me taire. Il m'a glacée. Il renvoyait à une actualité si récente qu'il me semblait étranger à ma manière d'écrire. (Marie NDiaye) 

Dès le départ, j'étais certaine que le mot même n'apparaîtrait jamais, pas plus que l'acte ni l'éventuel auteur de l'acte. J'ai vite compris que le seul moyen de m'emparer de ce mot était de le laisser dans un espace fantomatique et de ne faire apparaître que des personnages qui ne savent pas. (Marie NDiaye)

Hélène Alexandridis incarne Marina dans "Berlin mon garçon", mise en scène de Stanislas Nordey, au théâtre de l'Odéon
Hélène Alexandridis incarne Marina dans "Berlin mon garçon", mise en scène de Stanislas Nordey, au théâtre de l'Odéon Crédits : Jean-Louis Fernandez

La pièce suit le chemin de Marina, une mère dont le fils est parti, et qui le suit, à Berlin, quittant la librairie de Chinon où elle vivait avec son mari, et s'installant avec Rüdiger, son logeur, pour suivre la trace du jeune homme disparu. S'est-il radicalisé ? Prépare-t-il un crime ? Resté en France, Lenny, son mari, d'abord dans le déni face à la disparition de son fils, rejoint finalement Marina. Mais Marina n'est pas prête à céder sa liberté si récemment acquise. 

La question du lieu où j'écris n'est pas essentielle : j'ai la sensation que j'écris de la même façon que je sois à la campagne ou à Berlin. Cela ne change rien à ma manière d'écrire ni aux thèmes que j'aborde. Mais le lieu se diffuse tout de même de manière non intentionnelle. (Marie NDiaye)

En 2020, une autre commande est passée auprès de Marie NDiaye par Nicole Garcia : elle écrit Royan. La professeure de français (Gallimard, 2020), un monologue que Nicole Garcia devait jouer dans une mise en scène de son fils, Frédéric Bélier-Garcia, au dernier Festival d'Avignon en 2020, finalement repoussé à l'édition de 2021 du festival. Nicole Garcia incarnera Gabrielle, une professeure de français au passé troublant  alors qu'elle s'apprête à rencontrer, contre son gré, les parents d'une de ses élèves victime de harcèlement et qui s'est suicidée.

Personne n'a l'idée de tenir Gabrielle pour responsable, mais sa conscience n'est pas tout à fait claire. Elle refuse d'endosser toute idée d'une quelconque responsabilité. (Marie NDiaye) 

Tout ce que représente Nicole Garcia m'a beaucoup inspirée. Le personnage n'aurait jamais été le même si je n'avais pas eu le visage de Nicole Garcia en tête. (Marie NDiaye)

Enfin, Marie NDiaye n'a pas négligé la forme romanesque, puisqu'elle publie cette année La vengeance m'appartient (Gallimard, 2021), un récit plein de mystère autour de Me Susane, une avocate chargée de défendre une femme infanticide et dont le mari a joué un rôle étrange un après-midi, alors qu'elle avait 10 ans.

Je passe d'une forme à l'autre avec la plus grande fluidité. Je n'ai pas l'impression de passer dans un autre territoire, même s'il y a des codes à respecter. (Marie NDiaye)

Extraits sonores

  • Extrait de Berlin mon garçon de Marie Ndiaye, mis en scène par Stanislas Nordey, avec Hélène Alexandridis (Marina), Claude Duparfait (Rüdiger) et Dea Liane (Charlotte) (Théâtre de l'Odéon, 2021)
  • Nicole Garcia à propos de la sensualité du théâtre dans "A voix nue" (France Culture, mardi 28 décembre 2004)
  • "Saint-Forget" de Peter von Poehl, extrait de l'album "Memories from Saint-Forget" (BMG Rights Mgmt France, 2021)

Bibliographie

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......