LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Mortelle Adèle

Mortelle Adèle, le phénomène jeunesse

29 min
À retrouver dans l'émission

Héroïne des cours de récréation, adulée par des millions de jeunes lecteurs, Mortelle Adèle, enfant indisciplinée mais drolatique revient avec une nouvelle BD et un roman. L'occasion d'inviter Mr Tran, son créateur et scénariste, et Diane Le Feyer, son illustratrice.

Mortelle Adèle
Mortelle Adèle Crédits : Illustration : Diane Le Feyer, tous droits réservés

Antoine Dole, alias Mr Tan, a créé la bande dessinée pour enfants Mortelle Adèle en 2012. Diane Le Feyer, quant à elle, réalise les dessins de Mortelle Adèle depuis 2014. 

C'est une héroïne de son époque, une petite fille qui s'invente, qui se réinvente, avec tout le courage qu'il faut aujourd'hui pour être un enfant dans un monde d'adulte, qui n'hésite pas à désobéir, à déjouer et à refuser la norme qu'on lui impose. Une fille pleine de courage et d'imagination.         
(Antoine Dole)

C'est la petite fille que j'aurais adoré être quand j'étais petite, moi qui étais tellement sage. C'est une petite fille libérée qui vit dans son époque, qui a plein d'idées, qui inspire les petites filles et les petits garçons pour leur montrer qu'on est vivant, qu'on a le droit de faire des choses, et c'est très rafraîchissant.         
(Diane Le Feyer)

Mortelle Adèle est une petite fille rousse en uniforme, toujours accompagnée de Magnus, son ami imaginaire, un fantôme. Elle passe ses journées à faire des bêtises, des expériences, à faire tourner en bourrique ses parents et sa grand-mère. Mais derrière cette apparence de diablesse se cache en réalité une petite fille touchante, pleine de spontanéité et d'authenticité. Elle a ainsi fondé dans son école le Club des bizarres, pour lutter contre les pestes de la cour de récréation, celles qui se moquent des élèves qui ne sont pas dans la norme. 

Antoine Dole a créé ce personnage quand il était au collège et qu'il subissait les moqueries de ses camarades. Mortelle Adèle fut alors pour lui une manière de se construire et de faire face à sa timidité. Pas étonnant, donc, que cette jeune héroïne prône dans ses gags le droit à la différence pour montrer aux enfants qui suivent ses aventures l’importance de s’affirmer et de s’aimer tel que l’on est. 

C'est un personnage que j'ai créé quand j'avais 14 ans, je la dessinais dans mes cahiers, c'était une période compliquée pour moi, j'étais victime de violences scolaires. J'avais beaucoup de mal à comprendre ce que je vivais à ce moment-là et comment reprendre le pouvoir sur cette situation que je subissais. Et c'est comme ça que j'ai créé un alter-ego qui était tout mon opposé : je suis un garçon, c'était une fille, je suis timide, elle osait tout dire. (...) Quelque part, elle m'a aidé à me construire, à répondre aux autres, à comprendre que j'avais aussi cette force en moi.        
(Antoine Dole)

Le 27 mai dernier est sorti le premier roman de la série Mortelle Adèle, intitulé Mortel un jour, mortel toujours ! (éditions Bayard). Adèle, narratrice de l'histoire, raconte  la création d’un détecteur de mortellitude, une invention qui devrait lui permettre de trouver enfin quelqu’un d’aussi mortel qu’elle. 

Le 10 juin prochain sort aussi Karmastrophique, le 17ème tome de Mortelle Adèle (Globulle). Dans ce dernier volume de la série, Adèle cherche à tout prix à devenir une fille gentille, ce qui semble bien difficile quand on est la reine des bêtises.

On a tendance à croire que la désobéissance et les bêtises c'est quelque chose de mal, moi je trouve que, au contraire, c'est très positif. Les principaux changements de notre société se sont basés sur la désobéissance. (...) Et je trouve que c'est intéressant quelque part que, même si elle essaie de se conformer à ce que les autres attendent d'elle, son rapport au monde reste le même : quelque chose qui bouscule, qui dérange, qui explose, qui claque, qui remet en question ce que l'on trouve normal.       
(Antoine Dole)

On ne saurait enfin oublier le rôle primordial joué par la littérature jeunesse dans la construction psychologique des enfants, dans leur rapport et dans leur connaissance du monde. Chaque livre lu par un enfant est similaire à une graine qui fera sans doute germer les fruits de sa vie future. 

Tout mon imaginaire, tout ce qui m'a construit sur mon chemin d'illustratrice, ça vient de tous les livres que j'ai lus, que j'ai dévorés, que j'ai recopiés quand j'étais enfant. Il est donc très important, quand je dessine Mortelle Adèle, de faire passer quelque chose. (...) En plus, pour un enfant, son histoire préférée, son dessin préféré, c'est quelque chose qui va l'accompagner toute sa vie.       
(Diane Le Feyer)

Extraits sonores: 

  • Christophe Honoré (Les Masterclasses, France Culture, 03/07/2018)
  • "Dangerous", extrait de l'EP Ephémère de la chanteuse Pomme
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......