LE DIRECT
Phèdre de Brigitte Jaques-Wajeman

Phèdre, "éros" tragique

27 min
À retrouver dans l'émission

Comment mettre en scène la tragédie du désir par excellence, "Phèdre" ? Olivia Gesbert reçoit la metteure en scène de théâtre Brigitte Jaques-Wajeman pour sa mise en scène de cette célèbre pièce de Jean Racine (au Théâtre de la Ville, du 8 au 25 janvier 2020).

Phèdre de Brigitte Jaques-Wajeman
Phèdre de Brigitte Jaques-Wajeman Crédits : Cosimo Mirco Magliocca

Formée dans les classes d’Antoine Vitez, Brigitte Jaques-Wajeman travaille en tant que comédienne dans plusieurs de ses spectacles de 1969 à 1974.  En 1974, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, elle réalise sa première mise en scène en créant, pour la première fois en France, la version intégrale de L’Éveil du printemps de Frank Wedekind, traduit par François Regnault.  En 1976, elle fonde, avec lui, la compagnie Pandora.  Elle créé en 1986 Elvire Jouvet 40, tiré des leçons de Louis Jouvet sur la seconde scène d’Elvire dans le Dom Juan de Molière, qui fait une tournée internationale. 

Puisant dans les répertoires classiques et modernes, elle a mis en scène plus d’une trentaine de  pièces lors de festivals et dans de nombreux théâtres, en France et à l’étranger (Comédie-Française, Chaillot, Odéon, Athénée, Théâtre de la Ville…). Ayant le souci de la langue et, particulièrement, des vers, Brigitte Jaques-Wajeman s’emploie à révéler la dimension charnelle des mots. 

L’alexandrin, c’est extraordinaire, c’est à la fois notre langue et une langue étrangère qui, finalement, révèle notre langue.        
(Brigitte Jaques-Wajeman)

Cette mise en scène de Phèdre au Théâtre de la Ville est la deuxième mise en scène d’une pièce de Racine par Brigitte Jaques (après Britannicus, en 2004). Brigitte Jaques-Wajeman est connue pour son travail sur les pièces de Corneille. Elle a mis en scène une dizaine de pièce de cet auteur.

La première fois que j’ai lu ce texte, c’était un effet inoubliable. Il y a une rencontre, un élargissement de la vie. On y découvre ce que c’est que le désir.        
(Brigitte Jaques-Wajeman)

Elle est malade et, en même temps, révélée par cette passion, et la panique qu’elle éprouve à la nouvelle du retour de son mari montre aussi l’interdiction faite aux femmes de vivre leurs amours. Thésée est montré dès le début de la pièce comme un prédateur. Lui a le droit d’aimer, d’abandonner les femmes. [...] J’ai essayé de montrer les ravages de l’amour, de ce désir fou qui vient d’un coup et défait les êtres ; et, en même temps, je ne voulais pas qu’elle apparaisse seulement comme une victime.        
(Brigitte Jaques-Wajeman)

A la fois le feu qui embrase les corps, et puis cette tenue du vers... Ce combat est merveilleux pour essayer de dire quelque chose qui va au-delà de la parole. Une langue incroyable pour dire une violence insupportable.        
(Brigitte Jaques-Wajeman)

Extraits sonores : 

  • Extraits de la mise en scène de Phèdre de Racine au Théâtre de la Ville par Brigitte Jaques-Wajeman
  • Dominique Blanc et le personnage de Phèdre (« Jean RACINE – Grands rôles : Phèdre », ARTE, 2008)
  • "Oh my love", reprise de John Lennon et Yoko Ono par "Birds on a wyre"
  • Antoine Vitez sur l'écriture de Racine ("Metteurs en scène", France Culture, 06/06/1975)
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......