LE DIRECT
Le réalisateur Thomas Lilti pendant une séance photo à Paris, le 28 juin 2016.

Hippocrate, Thomas Lilti renouvelle son serment

27 min
À retrouver dans l'émission

Le réalisateur et ancien docteur Thomas Lilti vient nous parler de la seconde saison de la série Hippocrate, dont les premiers épisodes ont été diffusés hier sur Canal +. Plongée au coeur de la crise sanitaire.

Le réalisateur Thomas Lilti pendant une séance photo à Paris, le 28 juin 2016.
Le réalisateur Thomas Lilti pendant une séance photo à Paris, le 28 juin 2016. Crédits : Stephane Grangier/Corbis - Getty

Lorsque la réalité dépasse la fiction... La saison 1 d'Hippocrate semblait à sa sortie un cauchemar peu réaliste, le scénario se basant sur un virus forçant des médecins à opérer une quarantaine dans un hôpital. Le tournage de la deuxième saison, écrite avec le début de la pandémie, a eu lieu dans une partie non utilisée de l'hôpital Robert-Ballanger, à Aulnay-sous-Bois, en plein Covid-19. Le réalisateur Thomas Lilti, qui n'avait pas exercé depuis 2013, a décidé de prêter main forte aux équipes hospitalières voisines lorsque le tournage a brutalement été stoppé par la crise sanitaire. 

Ce que j'aime dans les urgences, les vraies et celles du cinéma, c'est que c'est un lieu qui reflète la société : c'est le sas d'entrée à l'hôpital. (Thomas Lilti)

Alors que la série aborde à nouveau les thématiques des services hospitaliers souffrant du manque d'effectifs et de moyens, l'équipe s'est trouvée à côté d'une réalité dépassant les drames d'Hippocrate. 

A partir du moment où on enfile la blouse, la peur de la contamination disparaît, notamment dans les services d'urgences où l'on est plongé dans le fait d'aider les autres, et c'est très particulier aux soignants. (Thomas Lilti) 

Le médecin aux urgences est un ouvrier dans son travail. Le problème, c'est qu'il n'y a pas le temps pour la réflexion avec l'état de l'hôpital qui décline. (Thomas Lilti)

Il y a un moment donné où je suis toujours mis à mal entre la réalité et la fiction. On me reproche d'être trop romanesque ou pas assez. (Thomas Lilti)

Extrait sonores : 

  • Extrait de l’épisode 1 saison 2 d’Hippocrate : voix d'Anne Consigny et de Boulil Lanners. 
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......